2 heures de colle pour manifester pour le climat : il n'en a jamais été question selon le principal du collège Victor Hugo

Publié le 15/03/2019 - 18:55
Mis à jour le 18/03/2019 - 10:00

Mise à jour • Ce vendredi 15 mars 2019 est une la journée de mobilisation internationale des jeunes, collégiens, lycéens, étudiants… pour le climat. Si nombreux sont celles et ceux à soutenir cette mobilisation, le principal du collège Victor Hugo à Besançon aurait menacé de punir les élèves s’ils ne sont pas en cours « pour motif politique ». Une information que ce dernier dément formellement, « c’est absolument faux ! » nous précise-t-il.

C'est un père de famille qui dénonce cette menace contre les élèves du collège Victor Hugo. "Ma fille est à fond dans le développement durable et l'écologie ! Elle participe ce matin à la grève pour le climat mais je mettrais un bon 0/20 au proviseur du collège Victor Hugo qui punit les élèves de 2 heures de colle par heure de cours manquée," nous raconte-t-il.

"Jeudi, des membres du personnels sont passés dans les classes pour annoncer la mesure nous explique-t-on : 2 heures de colle par heure de cours manquée si des élèves ne viennent pas en cours pour manifester pour le climat vendredi matin" décrit le père de famille.

"Hier, ils étaient une vingtaine à vouloir manifester, ce matin, ils n'étaient plus que 4 ou 5"

"J'ai fait un mot au collège pour informer de l'absence de ma fille en raison du mouvement pour le climat. En réponse, j'ai reçu un appel et un message vocal du collège pour m'affirmer que ma fille sera collée pour motif politique" nous explique le père de famille. "Jusqu'à hier, ils étaient une vingtaine de collégiens à vouloir aller manifester, mais après cette annonce, ils n'étaient plus que 4 ou 5 à, malgré tout, être allés manifester."

Pour le principal du collège, tout est faux

"C'est absolument faux ! Il n'a jamais été question de menacer les élèves avec 2 heures de colle pour celles et ceux qui sont allaient manifester pour le climat ce matin", nous affirme le principal.

Il explique en détail :

"Je suis passé dans certaines classes pour expliquer deux choses :

des élèves ont demandé s'ils étaient autorisés à sortir parce qu'apparemment, circulait sur les réseaux sociaux, que certains chefs d'établissement permettaient aux élèves de sortir… ce qui n'est pas possible quand on est au collège parce nous avons la responsabilité d'élèves qui n'ont pas le statut de lycéens en collège. Quand ils entrent au collège, de la première à la dernière heure, on doit assurer leur sécurité. On a bien quelques parents qui nous ont annoncé que leur enfant participerait à la marche pour le climat et dans ce cas, ce sont les parents qui assurent leur sécurité. Mais nous ne sommes absolument pas autorisés à laisser sortir des élèves sans autorisation.

Ensuite, il y a une neutralité politique absolument respectée de notre point de vue : c'est un mouvement qui est organisé en dehors de l'Éducation nationale donc je ne pouvais pas même autoriser des professeurs qui auraient voulu s'y associer à y emmener une classe. J'ai été aussi approché par des professeurs qui sont légitimement inquiets pour le climat, donc voilà la réponse que j'ai faite au personnel qui me l'a demandé et aux élèves.

J'ai d'ailleurs fait un mot aux parents d'élèves en disant que ces questions sur le climat sont de vraies questions, que le réchauffement climatique est un fait avéré et pas une opinion, que ça fait partie des programmes, que ça fait partie des objets de la politique éducative qu'on doit se saisir auprès des élèves et que j'encourageais toute initiative venant des enseignants dans l'établissement, à conduire une action dans ce sens, donner la parole aux élèves, etc. Voilà ce que j'ai fait. Mais je n'ai pas le droit de laisser sortir les enfants."

Au sujet des 2 heures de colle, là aussi, le principal réfute totalement cette information.

"Concernant cette histoire de colle, à aucun moment j'ai dit que je collerais des élèves. Si j'ai des motifs des parents sur l'absence de leur enfant justifiée, les parents outrepassent le droit parce que les enfants n'ont pas le droit de manifester, mais c'est leur problème, ils assument leur responsabilité. En revanche, si je n'ai pas de motif des parents, comment différencier une école buissonnière d'un élève qui va manifester avec l'aval de ses parents ?

Je n'ai donné aucune consigne de donner des heures de colles, ce n'est pas vrai. J'ai interrogé les assistants d'éducation qui m'ont répondu non, qu'ils n'avaient pas donné cette information. Si c'est un assistant d'éducation qui a pris cette liberté, je verrai avec la personne, et s'il y a vraiment un message sur un répondeur, je m'en aviserai."

Enfin, le taux d'absentéisme dans ce collège avoisinait "8% soit environ 80 d'élèves avec le taux habituel de 2% soit 20 élèves en moyenne", ce vendredi.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

L’université de Franche-Comté intègre le classement QS durabilité 2024

Après avoir dernièrement intégré les palmarès QS World University Rankings, QS Europe University Ranking, Times Higher Education, et s’être distinguée dans le classement du Global Ranking of Academic Subjects publié par Shanghai Ranking, l’université de Franche-Comté s’est de nouveau affirmée comme acteur incontournable de l’enseignement supérieur en intégrant le classement QS Durabilité 2024.

Quoi de neuf dans les établissements scolaires Ste Famille Ste Ursule à Besançon ?

PUBLI-INFO • Idéalement situé rue du Général Brulard à Besançon, dans un secteur à la fois proche de la nature et près du centre-ville, le groupe scolaire Ste Famille Ste Ursule offre dans ses établissements à taille humaine, de nombreuses voies éducatives de la maternelle à l’enseignement supérieur. Ses valeurs : accueillir les richesses et appétences de chacun, être à l’écoute des élèves tout en les guidant pour les mener à un épanouissement intégral.

Des événement organisés pour les 10 ans du Pass’Santé Jeunes

Pour son dixième anniversaire, le Pass’Santé Jeunes a prévu de nombreux événements en Bourgogne-Franche-Comté avec notamment un concours organisé sur Instagram en novembre et décembre… Ce 29 novembre 2023, Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’Agence Régionale de Santé a salué les principes et les objectifs de cet outil novateur de promotion de la santé dans la région.

210 nouveaux ingénieurs diplômés de Supmicrotech

Samedi 25 novembre 2023 à Besançon, les ingénieurs de la promotion 2023 de Supmicrotech ont reçu leur diplôme des mains du directeur, Pascal Vairac, en présence des équipes pédagogiques, du parrain de promotion, Alexandre Rigal également président du conseil d’administration de Supmicrotech, de Damien Tournier, président de l’UIMM Doubs et d’Olivier Mustiere, Président de Supmicrotech Alumni, l’association des anciens élèves. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.93
légère pluie
le 11/12 à 15h00
Vent
2.67 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
93 %