2 heures de colle pour manifester pour le climat : il n'en a jamais été question selon le principal du collège Victor Hugo

Publié le 15/03/2019 - 18:55
Mis à jour le 18/03/2019 - 10:00

Mise à jour • Ce vendredi 15 mars 2019 est une la journée de mobilisation internationale des jeunes, collégiens, lycéens, étudiants… pour le climat. Si nombreux sont celles et ceux à soutenir cette mobilisation, le principal du collège Victor Hugo à Besançon aurait menacé de punir les élèves s'ils ne sont pas en cours "pour motif politique". Une information que ce dernier dément formellement, "c'est absolument faux !" nous précise-t-il.

PUBLICITÉ

C’est un père de famille qui dénonce cette menace contre les élèves du collège Victor Hugo. « Ma fille est à fond dans le développement durable et l’écologie ! Elle participe ce matin à la grève pour le climat mais je mettrais un bon 0/20 au proviseur du collège Victor Hugo qui punit les élèves de 2 heures de colle par heure de cours manquée, » nous raconte-t-il.

« Jeudi, des membres du personnels sont passés dans les classes pour annoncer la mesure nous explique-t-on : 2 heures de colle par heure de cours manquée si des élèves ne viennent pas en cours pour manifester pour le climat vendredi matin » décrit le père de famille.

« Hier, ils étaient une vingtaine à vouloir manifester, ce matin, ils n’étaient plus que 4 ou 5 »

« J’ai fait un mot au collège pour informer de l’absence de ma fille en raison du mouvement pour le climat. En réponse, j’ai reçu un appel et un message vocal du collège pour m’affirmer que ma fille sera collée pour motif politique » nous explique le père de famille. « Jusqu’à hier, ils étaient une vingtaine de collégiens à vouloir aller manifester, mais après cette annonce, ils n’étaient plus que 4 ou 5 à, malgré tout, être allés manifester. »

Pour le principal du collège, tout est faux

« C’est absolument faux ! Il n’a jamais été question de menacer les élèves avec 2 heures de colle pour celles et ceux qui sont allaient manifester pour le climat ce matin », nous affirme le principal.

Il explique en détail :

« Je suis passé dans certaines classes pour expliquer deux choses :

des élèves ont demandé s’ils étaient autorisés à sortir parce qu’apparemment, circulait sur les réseaux sociaux, que certains chefs d’établissement permettaient aux élèves de sortir… ce qui n’est pas possible quand on est au collège parce nous avons la responsabilité d’élèves qui n’ont pas le statut de lycéens en collège. Quand ils entrent au collège, de la première à la dernière heure, on doit assurer leur sécurité. On a bien quelques parents qui nous ont annoncé que leur enfant participerait à la marche pour le climat et dans ce cas, ce sont les parents qui assurent leur sécurité. Mais nous ne sommes absolument pas autorisés à laisser sortir des élèves sans autorisation.

Ensuite, il y a une neutralité politique absolument respectée de notre point de vue : c’est un mouvement qui est organisé en dehors de l’Éducation nationale donc je ne pouvais pas même autoriser des professeurs qui auraient voulu s’y associer à y emmener une classe. J’ai été aussi approché par des professeurs qui sont légitimement inquiets pour le climat, donc voilà la réponse que j’ai faite au personnel qui me l’a demandé et aux élèves.

J’ai d’ailleurs fait un mot aux parents d’élèves en disant que ces questions sur le climat sont de vraies questions, que le réchauffement climatique est un fait avéré et pas une opinion, que ça fait partie des programmes, que ça fait partie des objets de la politique éducative qu’on doit se saisir auprès des élèves et que j’encourageais toute initiative venant des enseignants dans l’établissement, à conduire une action dans ce sens, donner la parole aux élèves, etc. Voilà ce que j’ai fait. Mais je n’ai pas le droit de laisser sortir les enfants. »

Au sujet des 2 heures de colle, là aussi, le principal réfute totalement cette information.

« Concernant cette histoire de colle, à aucun moment j’ai dit que je collerais des élèves. Si j’ai des motifs des parents sur l’absence de leur enfant justifiée, les parents outrepassent le droit parce que les enfants n’ont pas le droit de manifester, mais c’est leur problème, ils assument leur responsabilité. En revanche, si je n’ai pas de motif des parents, comment différencier une école buissonnière d’un élève qui va manifester avec l’aval de ses parents ?

Je n’ai donné aucune consigne de donner des heures de colles, ce n’est pas vrai. J’ai interrogé les assistants d’éducation qui m’ont répondu non, qu’ils n’avaient pas donné cette information. Si c’est un assistant d’éducation qui a pris cette liberté, je verrai avec la personne, et s’il y a vraiment un message sur un répondeur, je m’en aviserai. »

Enfin, le taux d’absentéisme dans ce collège avoisinait « 8% soit environ 80 d’élèves avec le taux habituel de 2% soit 20 élèves en moyenne », ce vendredi.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Bientôt un centre d’études et de recherches olympiques universitaires à Besançon

Bientôt un centre d’études et de recherches olympiques universitaires à Besançon

Ce vendredi 20 septembre 2019, l'Université de Franche-Comté et le Comité régional olympique et sportif de la région ont signé une convention de partenariat, pour permettre la création du premier centre d'études et de recherches olympiques universitaires (CEROU) de France ici, à Besançon.

Des ateliers d’aide à la parentalité à Planoise

Des ateliers d’aide à la parentalité à Planoise

La Ville de Besançon, avec le soutien du conseil départemental du Doubs et l''Éducation nationale, expérimente pour la quatrième rentrée scolaire des ateliers d'aide à la parentalité sur le quartier de Planoise. Les parents sont invités dix fois dans l'année à participer à ces réunions d'échanges.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.48
légère pluie
le 15/10 à 18h00
Vent
3.575 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %

Sondage