Mariage, divorce, droit de vote : les députés élargissent les droits des "majeurs protégés"

Publié le 09/11/2018 - 09:26
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:17

Mariage, divorce, droit de vote : les députés ont élargi les droits des "majeurs protégés", placés notamment sous tutelle ou curatelle, dans le cadre de l'examen en commission du projet de réforme de la justice.

PUBLICITÉ

Le gouvernement avait présenté fin octobre une série de mesures destinées à « faciliter le quotidien »des handicapés, prévoyant notamment que les personnes sous tutelle puissent avoir un droit de vote inaliénable et aussi se marier, se pacser et divorcer, sans qu’un juge puisse les en priver.

Plusieurs amendements en ce sens, cosignés par de nombreux « marcheurs »et portés par Jean Terlier, le responsable LREM sur le projet de réforme de la justice, ont trait au régime de protection juridique des majeurs.

L’un d’eux supprime l’autorisation préalable d’un juge ou du conseil de famille pour se marier ou se pacser et facilite les conditions du divorce. Un autre amendement au texte, qui sera examiné dans l’hémicycle à partir du 19 novembre, abroge l’article du code pénal qui prévoit que « lorsqu’il ouvre ou renouvelle une mesure de tutelle, le juge statue sur le maintien ou la suppression du droit de vote de la personne protégée ».

L’amendement indique dans son exposé des motifs que « dans le cadre du droit en vigueur, le droit de vote est retiré sur décision du juge des tutelles à 83% des majeurs en tutelle »et assure que la mesure répond à « une demande forte des associations de personnes handicapées et de leur famille ». Pour garantir « la sincérité du scrutin », l’amendement interdit notamment les procurations aux mandataires judiciaires.

Toujours porté par M. Terlier, un amendement vise également à recentrer les mesures de protection judiciaire sur les cas nécessitant réellement une intervention du juge, le gouvernement prévoyant sur ce point de procéder par ordonnance.

Selon des chiffres du ministère de la Justice datant de fin 2014, on compte un peu moins de 680.000 majeurs sous protection judiciaire, 365.000 sous tutelle et 313.000 sous curatelle. La moyenne d’âge des majeurs sous tutelle est de 64 ans. 

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.6
couvert
le 19/07 à 0h00
Vent
2.43 m/s
Pression
1016.74 hPa
Humidité
91 %

Sondage