Marie-Guite Dufay fragilisée par ses alliés écologistes

Publié le 22/10/2011 - 09:36
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:36

Raymond Forni avait déjà du mal à gérer ses partenaires Verts. La présidente actuelle du conseil régional n’a pas la vie plus facile… On ne peut pas vraiment parler de majorité d’idées en ce qui concerne l’alliance PS-Verts. A chaque réunion plénière, le fossé entre socialistes et écologistes se creuse un peu plus. Jusqu’à devenir une coalition contre nature ? 

DSC_0716.JPG
Les bancs de l'opposition se sont vidés après l'intervention d'Alain Fousseret, vice-président écologiste @carvy

ANALYSE

PUBLICITÉ

L’UMP n’a pas profité de la situation, vendredi lors de la séance consacrée aux orientations budgétaires 2012 de la Région, pour mettre à mal Marie-Guite Dufay. La députée UMP, Françoise Branget a tout de même averti que son groupe n’aura pas toujours la patience de supporter cette fracture de la majorité. A cause de l’opposition des Verts, cette dernière a failli être mise en minorité sur un sujet aussi capital que le TGV Rhin-Rhône à propos duquel elle sollicitait un vote en faveur du pacte des trois Région (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté) pour accélérer la mise en œuvre de la de la deuxième tranche de la branche-est.

Sachant que les écologistes allaient voter contre, la présidente de la Région devait absolument s’assurer du soutien de l’UMP. « Nous ne ferons pas le coup politique de vous mettre en difficulté pour le plaisir », avait annoncé Annie Genevard qui dirige désormais le groupe de l’opposition. « Nos alliés Verts ne jouent pas le jeu et je le regrette, mais je savais que ce n’est pas avec eux que j’avancerai sur le sujet. C’est une faiblesse que je ne nie pas et je ne suis pas du tout heureuse de cette situation », a reconnu Mare-Guite Dufay qui a accusé ses partenaires de « jouer contre l’avenir de la Franche-Comté ».

Joseph Parrenin, conseiller régional PS, a volé au secours de sa présidente, mais sans succès : « Quand on est dans la majorité, on ne vote pas contre, à la rigueur on s’abstient. Ce n’est pas raisonnable. On a encore des choses à faire ensemble ». « Nous votons en fonction de nos convictions », a répondu Marc Borneck, patron du groupe écologiste, opposé à la deuxième tranche de la branche-est et à toutes les autres qui doivent suivre.

Finalement, l’UMP a voté pour le pacte, à l’exception de deux conseillères du Jura qui se sont abstenues, PS et FN en ont fait autant. Il n’y a finalement que les sept conseillers écologistes, dont deux vice-présidents, qui n’ont pas suivi la présidente. Un comble…

Autre sujet de fâcherie, mais qui n’était pas soumis au vote, le retour du Grand canal à propos duquel Alain Fousseret, vice-président écologiste, a évoqué « la clique » et « les résidus » en visant les partisans des nouveaux projets pour lesquels la Région a été sollicitée pour financer les études. Les conseillers UMP ont quitté la salle et demandé la démission d’Alain Fousseret dont les propos ont été qualifiés « d’excessifs » par la présidente elle-même. « Je serais irresponsable de ne pas m’inscrire dans le débat public du transport fluvial. VNF (Voies navigables de France) nous a saisis, on ne peut pas être absents, même s’il y a aujourd’hui d’autres priorités ».

Pour gagner, les socialistes avaient besoin des écologistes, pour faire avancer le TGV, ils ont besoin de l’UMP. Une situation difficile à tenir sur le long terme. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.37
légère pluie
le 18/10 à 6h00
Vent
3.84 m/s
Pression
1013.04 hPa
Humidité
95 %

Sondage