"Médecines douces": attention aux dérives thérapeutiques, alerte l'Ordre des médecins

Publié le 28/06/2023 - 08:00
Mis à jour le 27/06/2023 - 16:04

Aromathérapie, kinésiologie, lithothérapie... Les pratiques de soins non conventionnelles, en pleine explosion, ne sont ni encadrées ni surveillées, dénonce l'Ordre des médecins dans un rapport publié mardi, alertant sur des "dérives thérapeutiques" devenues "une actualité de plus en plus importante, voire pluriquotidienne".

 © Darkotojanovic /Pixabay
© Darkotojanovic /Pixabay

"Aujourd'hui, l'offre de PSNC (pratiques de soins non conventionnelles) étant exponentielle, il est nécessaire de faire le tri entre des pratiques dangereuses pour la santé des patients et celles qui peuvent présenter un intérêt dans l'accompagnement du malade et les restreindre au seul domaine du bien-être", explique l'Ordre des médecins.

Selon un sondage réalisé par Odoxa pour l'Unadfi (Union nationale des Associations de défense des Familles et de l'Individu) en mai, 51% des Français ont recours aux PSNC liées à la manipulation manuelle (comme la kinésiologie ou chiropraxie), 48% à la "médecine traditionnelle" (comme l'homéopathie, la "médecine traditionnelle chinoise" ou les ventouses), 45% aux plantes et 39% aux "énergies".

  • L'Ordre rappelle que les PSNC ne sont "ni reconnues, au plan scientifique, par la médecine conventionnelle, ni enseignées au cours de la formation initiale des professionnels de santé".

Cette absence d'encadrement produit des situations dangereuses pour les personnes qui y ont recours: l'Ordre évoque "l'exercice illégal de la médecine" de certains praticiens, les "dérives thérapeutiques" qui peuvent notamment conduire à l'arrêt de soin et à une perte de chance pour des personnes malades, voire des "dérives sectaires".

Sur ce dernier point, l'Ordre cite la Miviludes, mission interministérielle chargée de lutter contre les dérives sectaires, selon laquelle 70% des signalements reçus dans le domaine de la santé concernent des pratiques de soins non conventionnelles.

"L'Ordre des médecins est très sollicité sur ce sujet des PSNC depuis des années, mais ça s'est vraiment accru depuis le Covid", a expliqué à l'AFP le Dr Claire Siret, chargée du dossier au sein de l'Ordre.

Ce document doit "sensibiliser les professionnels de santé à ces pratiques", insiste-t-elle.

Le Dr Siret s'inquiète notamment de l'"entrisme de certaines pratiques à l'université" et souhaite aussi interpeller les doyens de faculté sur la proposition, en dehors des filières de médecine, de "diplôme universitaire de médecine anthroposophique" (non validée scientifiquement, ndlr).

Ce rapport est publié à la veille de la première réunion du comité d'appui pour l'encadrement des pratiques non conventionnelles de santé (PNCS), sous l'égide des ministères de la Santé et de l'Intérieur, qui va rassembler des autorités de santé comme l'Agence du médicament, la Miviludes ou encore le collectif No Fake Med.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ?

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.05
légère pluie
le 16/04 à 18h00
Vent
3.77 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
86 %