Menace terroriste: l'armée mobilisée au moins jusqu'à l'été

Publié le 11/03/2015 - 15:45
Mis à jour le 11/03/2015 - 18:05

Le dispositif actuel de protection du territoire, nécessitant la mobilisation de 10.000 soldats, sera maintenu au moins "jusqu'au début de l'été", a annoncé mercredi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d'une conférence de presse.

strasbourg_operation_sentinelle_fevrier_2015-4.jpg
Strasbourg opération Sentinelle février 2015 © Claude TRUONG-NGOC CC

Ce dispositif (opération Sentinelle), initié après les attentats de janvier qui ont fait 17 morts, sera "maintenu au minimum jusqu'au début de l'été, date à laquelle il sera réévalué", a souligné M. Le Drian. Le réexamen sera effectué autour du 1er juillet 2015 , a-t-on précisé dans son entourage.

A l'issue d'un Conseil de Défense mercredi matin, le président François Hollande a décidé de maintenir l'engagement des armées sur le territoire national "à hauteur de 10.000 militaires" en raison du maintien d'une "menace élevée d'attaque terroriste", a annoncé l'Élysée.

Sur ces 10.000 militaires, 7.000 sont déployés pour la protection de 604 sites confessionnels, notamment juifs, les 3.000 autres intervenant dans le cadre plus traditionnel du dispositif Vigipirate (sites touristiques, gares, aéroports -soit 78 sites surveillés) et pour le soutien à ces missions (transport, logistique), a-t-on précisé au ministère de la Défense.

Près de la moitié des 682 sites protégés par l'armée se trouvent en Ile-de-France (330), a relevé M. Le Drian, le niveau "alerte attentats" étant décrété dans la région parisienne et les Alpes-Maritimes, le reste de l'Hexagone relevant de la "vigilance renforcée".

Le dispositif de surveillance des écoles, synagogues et mosquées a été toutefois assoupli. Il a évolué, selon les sites et la fréquentation, d'une garde permanente et statique, 24 heures sur 24, vers une garde plus mobile (patrouilles), seulement de jour.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Hacking Health 2020 à Besançon : 13 défis, 13 solutions

Malgré le contexte, et grâce au respect d’un protocole sanitaire exigeant, la 4e édition du Hacking Health de Besançon a réuni le week-end dernier un peu plus de 200 participants à l’UFR Santé. Les 13 équipes, rassemblées autour de leurs porteurs de défis, sont toutes parvenues à des solutions. Elles ont su tirer le meilleur des ressources mises à leur disposition : profusion de matière grise, variété des compétences chez les participants comme les coaches, imprimantes 3D et capteurs électroniques du fablab... 

Covid-19 : quelles nouvelles mesures dans le Doubs à partir de ce samedi 24 octobre ?

Au vu de la dégradation du contexte sanitaire et comme suite à la promulgation d’un nouveau décret du Premier ministre, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a pris ce samedi 24 octobre 2020 un nouvel arrêté fixant des mesures complémentaires à celles déjà en vigueur dans le département afin de lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Mois sans tabac 2020 en Bourgogne Franche-Comté : pas de stand de sensibilisation, mais une campagne virtuelle

Cette année, le contexte de l'épidémie de Covid-19 ne permet pas à l'association Tab'agir d'installer des stands de sensibilisation au tabac dans le cadre de Mois dans tabac. En revanche, l'opération pourra se dérouler sur internet durant le mois de novembre 2020 en Bourgogne Franche-Comté.

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu dans le Jura : ce qui est autorisé et ce qui est interdit

Lors du conseil de défense et de sécurité nationale du 21 octobre 2020, le président de la République a décidé le passage en état d’urgence renforcé de 38 départements, dont les taux d’incidence du covid-19 sont supérieurs à 150 pour 100 000 habitants. Le Jura figure parmi ces départements, comme le ministre de la santé en a fait l’annonce le lendemain.

Fraude à la carte bancaire et crise sanitaire : les consommateurs font toujours plus les frais de fraudes

Alors que les paiements par carte bancaire "sans contact" et par internet se sont imposés avec la crise sanitaire comme des mesures barrières pour freiner la progression de la Covid-19, l’UFC-Que Choisir rend publique une enquête exclusive qui montre que 30 % des fraudes ne sont pas remboursées par les banques. En conséquence, et devant le risque accru d’escroqueries, l’association saisit les pouvoirs publics pour obtenir enfin le plein respect des droits des consommateurs, apprend-on dans un communiqué du 22 octobre 2020.

Le groupe RN demande à Marie-Guite Dufay de donner le nom de Samuel Paty à l’un des lycées de Bourgogne Franche-Comté

Dans une lettre du 22 octobre 2020, Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté demande à la présidente de région de donner le nom de Samuel Paty à l'un des 129 lycées de la région et l'organisation d'une exposition des caricatures de Charlie Hebdo à Dijon.  

Rassemblements familiaux : « À défaut de les interdire, il est clair qu’il faut les limiter » (Pr Limat, CHU de Besançon)

La deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 est prévue dans deux à trois semaines dans le Département du Doubs comme au niveau national. Pendant cette période, les cartes sont entre les mains de la population pour éviter que les hôpitaux soient subermergés. Pour le Professeur Samuel Limat, président de la commission médicale d’établissement au CHU de Besançon, cela passe par une limitation du nombre de personnes qui se rassemblent et particulièrement les personnes fragiles.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.54
partiellement nuageux
le 24/10 à 21h00
Vent
1.65 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage