Alerte Témoin

Menus de substitution dans les cantines: guerre de pétitions à droite

Publié le 19/08/2015 - 11:33
Mis à jour le 19/08/2015 - 11:33

Le débat autour des menus alternatifs au porc dans les cantines scolaires tourne à la guerre de pétitions à droite: le député UDI Yves Jégo veut rendre obligatoire les menus végétariens, tandis que le maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône souhaite interdire toute alternative.

2013-09-03_cuisine_centrale.jpg
© dr

Après que le tribunal administratif de Dijon eut permis jeudi au maire de Chalon Gilles Platret de supprimer les menus alternatifs au porc dans les cantines de sa ville, le député UDI de Seine-et-Marne Yves Jégo est monté au créneau. En annonçant d'abord le lendemain vouloir déposer à la rentrée une proposition de loi pour rendre obligatoire un menu végétarien dans les cantines scolaires. Puis en lançant une pétition sur le site "Change.org", plateforme mondiale de pétitions, qui avait recueilli mardi soir, en trois jours, près de 65.000 signatures

Le député de Seine-et-Marne a estimé qu'un menu végétarien de substitution représente "une porte de sortie où chacun peut s'y retrouver dignement, sans être stigmatisé". Son texte est notamment soutenu par l'ex-ministre EELV Cécile Duflot et la sénatrice UDI Chantal Jouanno. "Je ne souhaite pas faire de polémique. Ceux qui veulent polémiquer sur l'assiette de nos enfants ont tort. J'en appelle au consensus républicain, pour une laïcité positive et pas punitive", a plaidé M. Jégo.

Réplique du maire de Chalon

Mais le maire de Chalon-sur-Saône a lancé mardi son propre texte, également sur "Change.org". Sa pétition a recueilli en moins d'un jour presque 1.500 signatures quelques heures après son lancement. "La volonté de la Ville de Chalon-sur-Saône de revenir à une pratique laïque dans ses cantines scolaires, en supprimant à compter de cette rentrée les plats de substitution au porc, a entraîné un très grand nombre de soutiens dans le pays tout entier", affirme M. Platret dans la pétition.

Selon son texte, "la cantine scolaire, comme l'école de la République, n'a pas à devenir le lieu de l'immixtion du fait religieux. Elle doit considérer les enfants en tant que tels, sans référence systématique à leur communauté d'origine". Dans son entourage, on assure que M. Platret entendait lancer une pétition"de toutes façons", avant de connaître l'initiative de M. Jego.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez en visite dans le Jura le 22 septembre

A l’occasion de la réunion décentralisée du Bureau Confédéral de la CGT en Bourgogne Franche-Comté, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT et Catherine Perret, membre du Bureau confédéral, viendront à la rencontre de salarié-es des entreprises jurassiennes Jacob Delafon et SKF mardi 22 septembre 2020.

Vivez en direct le conseil municipal de Besançon du 14 septembre 2020

Le conseil municipal de Besançon de rentrée se tient ce lundi 14 septembre.  Il s'agira pour les 55 conseillers municipaux de Besançon de faire un point sur cette rentrée sous le signe de la Covid et de désigner les  représentants du conseil municipal qui siégeront dans les différentes structures partenaires (syndicats, SEM, associations, etc.)

Publiée par Jean Castex sur Vendredi 11 septembre 2020

Coronavirus : les annonces de Jean Castex à l’issue du conseil de défense

Dernier avertissement • À l'issue du Conseil de défense, le Premier ministre dévoile les nouvelles mesures de lutte contre le coronavirus  afin de "donner de la visibilité sur les prochaines semaines" comme le souhaite le président de la République  Emmanuel Macron au moment où les indicateurs de l'épidémie sont en hausse.

OP Véolia – Suez : le sénateur Longeot s’oppose à la fusion

Le sénateur du Doubs attire l'attention du Ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance sur l'annonce d'une offre publique d'achat (OPA) de Veolia sur la totalité du capital de Suez. Jean-François Longeot met l’accent sur "la principale crainte qui reste bien le haut risque de casse sociale avec un plan social massif qui menacerait les 30 000 salariés du groupe en France".

General Electric : 89 emplois vont être supprimés à Belfort, le maire interpelle le président de la République

Mise à jour le 10 septembre • Le groupe General Electric va annoncer ce mercredi 9 septembre la suppression de plusieurs centaines d'emplois en France. À Belfort, la filière hydro (turbines et alternateurs pour les barrages hydroélectriques) verra 89 emplois supprimés. Le maire de la ville se dit "consterné" par des décisions "inadmissibles".

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     23.6
    ciel dégagé
    le 18/09 à 18h00
    Vent
    2.98 m/s
    Pression
    1016 hPa
    Humidité
    53 %

    Sondage