Meurtre de Christine Mathieu : l'accusé reconnaît ses mensonges, mais réfute le crime

Publié le 14/04/2014 - 21:43
Mis à jour le 16/04/2014 - 11:05

Yunis Merizak a-t-il étouffé une jeune femme de 20 ans dans la boue d'une forêt en 2009 ? A l'ouverture de son procès lundi à Vesoul, il a expliqué ses mensonges par la peur d'être accusé d'un meurtre dont il se dit innocent.

DSC_5391.JPG
©Alexane Alfaro

ASSISES DE HAUTE-SAONE

PUBLICITÉ

« Oui j’ai couché avec Mademoiselle Mathieu, oui j’ai menti en garde à vue, mais ça ne fait pas de moi un criminel« , s’est défendu Yunis Merizak, 35 ans, à la barre de la cour d’assises de Haute-Saône.

Yunis Merizak est la dernière personne à avoir vu Christine Mathieu, 20 ans, le 8 février 2009. Cinq jours plus tard, le corps de la jeune femme a été découvert dans un bois de Villers-lès-Luxeuil (Haute-Saône), en partie enseveli sous la neige.

L’autopsie a révélé la présence de traces de terre dans ses voies respiratoires, ce qui laisse penser que son visage avait été maintenu dans la boue jusqu’à l’étouffement, par une pression à l’arrière du crâne.

« Je n’ai pas tué Mademoiselle Mathieu. Je suis innocent », a insisté l’accusé devant les jurés, s’adressant ensuite à l’ancien petit ami de Christine Mathieu : « J’ai pas tué ta copine, je n’avais aucune raison de la tuer ».

Devant la cour, M. Mérizak a raconté comment, en sortant de discothèque le matin du 8 février 2009, il avait accosté la jeune femme qui terminait son travail de nuit dans un hôtel de Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône).

« J’ai menti car j’avais peur »

« On a discuté, je lui ai demandé si je pouvais l’embrasser. On est allé chez moi, on a couché ensemble et je l’ai raccompagnée en vie sur le parking du Lidl« , a-t-il relaté, dans une logorrhée défensive.

« Il n’y a eu aucun conflit entre moi et Mlle Mathieu. Elle est venue délibérément chez moi, elle était entreprenante« , a-t-il ajouté.

L’ADN de Yunis Merizak a été découvert sur la victime. Mais lors de sa garde à vue, le suspect, interpellé deux ans après les faits suite à son implication dans une affaire d’agression sexuelle, a nié connaître la victime et a menti sur son emploi du temps.

C’est seulement devant le juge qu’il a admis avoir eu une relation sexuelle consentie. Il n’est d’ailleurs pas poursuivi pour viol.

Confronté par l’avocate générale, Julie Bressand, à ses contradictions, ses mensonges et ses différentes versions, l’accusé est devenu de plus en plus nerveux dans son box.

« J’ai menti en garde à vue car j’avais peur » d’être impliqué dans son meurtre, a-t-il affirmé.

L’accusé est décrit comme « violent » par plusieurs témoins et les expertises psychologique et psychiatrique révèlent une « malignité perverse » et une « intolérance à la frustration« .

Les débats devant la cour d’assises de la Haute-Saône doivent durer cinq jours et le verdict est attendu vendredi.

Les avocats de la défense, Me Randall Schwerdorffer et Me Marjorie Weiermann, ont l’intention de plaider l’acquittement.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.88
couvert
le 22/10 à 6h00
Vent
0.71 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %

Sondage