Mineurs étrangers isolés: la Côte-d'Or réclame une aide de l'Etat

Publié le 10/08/2016 - 16:23
Mis à jour le 10/08/2016 - 16:23

Le président du conseil départemental de Côte-d'Or François Sauvadet (UDI) réclame une aide de l'État pour faire face à l'arrivée "massive et continue" en France de mineurs étrangers non accompagnés, dans un courrier à la ministre de l'Enfance rendu public mercredi.

François Sauvadet
François Sauvadet ©Alexane Alfaro

"La Côte-d'Or pourrait enregistrer cinquante nouveaux mineurs non accompagnés (MNA) d'ici la fin de l'année, soit une augmentation de près de 45% par rapport à 2015", écrit M. Sauvadet dans cette lettre adressée à Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes. Tous les départements sont "confrontés à l'arrivée massive et continue de jeunes MNA, majoritairement d'Afrique Noire", reconnaît-il.

Depuis début 2016, "notre cellule Enfance en danger et urgence a assuré la mise à l'abri et l'évaluation de 80 jeunes étrangers, dont 25 déclarés mineurs et donc pris en charge par le département", détaille le député. Au total, "au 30 juin, la Côte-d'Or comptait pas moins de 90 MNA et continuait d'accompagner 31 majeurs ex-MNA (...) alors que, dans le même temps, nos moyens budgétaires se réduisent", poursuit François Sauvadet.

"Aujourd'hui, 23% de nos places d'hébergement collectif ou autonome sont occupés par des MNA ou des ex-MNA, pour un coût prévisionnel de 5,3 millions d'euros en 2016", explique-t-il. C'est pourquoi "j'en appelle, en responsabilité, à un nouveau partage de charges entre l'État et les départements. A défaut, nous ne serons plus en mesure de faire face et l'État ne pourra plus se contenter de considérer que nous assumons mal nos missions", prévient le député de la Côte-d'Or. Selon le code de l'action sociale et de la famille, "des circonstances exceptionnelles peuvent amener (...) à déroger aux conditions de prise en charge par les départements des prestations d'aide sociale à l'enfance. Le cas échéant, les dépenses sont à la charge de l'État". "Nous sommes manifestement dans une situation exceptionnelle", conclut-il.

Info +

 Déjà, fin 2013, M. Sauvadet avait pris un arrêté suspendant l'arrivée de nouveaux mineurs étrangers non accompagnés, jugeant ses capacités d'accueil "saturées". Cet arrêté avait été retoqué par la justice administrative.

La Côte-d'Or, avec neuf autres départements, avait ensuite obtenu le 30 janvier 2015 en Conseil d'État l'annulation partielle de la circulaire de Christiane Taubira sur la répartition de la prise en charge de ces mineurs. En juin dernier, c'est le département voisin de Saône-et-Loire qui avait demandé à l'État de payer pour l'ouverture de places d'accueil

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Allégement du confinement : ce qu'il faut retenir de l'allocution présidentielle...

Trois phases • Saluant la mobilisation de la population, Emmanuel Macron a desserré l'étau du confinement  s'est félicité que la circulation du virus ait été "freinée", mais le Covid-19 "demeure très présent" en France comme dans le reste de l'Europe. De ce fait, Emmanuel Macron a annoncé que l'allègement des restrictions ne se ferait pas du jour au lendemain mais en trois phases jusqu'au 20 janvier. Sa mise en oeuvre dépendra de l'évolution de l'épidémie, a-t-il averti.

Commerces, vacances de Noël… Quelles mesures Emmanuel Macron devrait-il annoncer mardi soir ?

Le chef de l'Etat s'exprimera lors d'une allocution mardi 24 novembre 2020 à 20h pour annoncer le "cap" de ces prochaines semaines, de ces prochains mois et les premières mesures "d'allègement des contraintes" qui devraient prendre effet à partir du 1er décembre. Quelles seront-elles ?

Région Bourgogne Franche-Comté : 126 M€ en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires

Réunis en commission permanente, vendredi 20 novembre 2020, les élus régionaux ont voté près de 126 millions d’euros d’aides en faveur de l’emploi, de l’écologie, de la solidarité et des territoires. Une partie de ces crédits concerne le Plan d’accélération de l’investissement régional mis en place par la Région pour faire face à la crise sociale et économique provoquée par l’épidémie de Covid-19.

La loi Recherche définitivement adoptée au Parlement

Face au risque de "décrochage" de la recherche française, le Parlement a définitivement adopté ce vendredi 20 novembre 2020 le projet de loi de programmation (LPR), "un investissement historique" selon le gouvernement confronté à la défiance accrue de la communauté universitaire et scientifique. Fannette Charvier, députée du Doubs se félicite de cette décision (elle avait été désignée responsable de ce texte pour le groupe LaREM).
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.88
ciel dégagé
le 28/11 à 12h00
Vent
3.41 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
37 %

Sondage