Moins de morts sur les routes en 2018 : Michel Raison tacle le Premier ministre sur l'effet 80 km/h

Publié le 28/01/2019 - 16:52
Mis à jour le 28/01/2019 - 17:06

Pour le sénateur de Haute-Saône, Édouard Philippe opère un raccourci entre la baisse de la mortalité sur les routes de France, à son plus bas niveau, et le passage au 80 km/h en juillet 2018.  Michel Raison estime que le Premier ministre « sacrifie l’analyse scientifique sur l’autel de la communication politique ».

© d poirier ©
© d poirier ©

Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a atteint un plus bas historique en 2018, avec 3.259 tués, soit neuf de moins que le précédent "record" de 3.268 morts enregistré en 2013, a annoncé lundi le Premier ministre Édouard Philippe.

Par ailleurs, 116 vies ont été épargnées sur les routes secondaires abaissées à 80 km/h au 1er juillet 2018 , a-t-il détaillé, défendant cette mesure très contestée, pour laquelle il a toutefois jugé "légitime de discuter" dans le cadre du grand débat national.

Le sénateur LR de Haute-Saône se félicite de cette évolution favorable dont tous les spécialistes savent qu’elle a débuté dès 2017, après trois années de hausse.

Mais Michel Raison - qui avait créé un groupe de travail commun sur la sécurité routière le 24 janvier 2018 avec ses collègues Jean-Luc Fichet (socialiste et républicain – Finistère) et Michèle Vullien (apparentée Union centriste – Rhône) - s"étonne de la "stratégie" du Premier ministre qui établit un lien entre la baisse de la mortalité et l'abaissement de la vitesse "intervenu il y a 6 mois seulement".

Une période de deux ans pour analyser les résultats

Il s'étonne de la stratégie du Premier ministre qui établit un lien direct entre la baisse de la mortalité et l'abaissement de la vitesse intervenu il y a 6 mois seulement. "Il piétine ainsi l’avis unanime de tous les services de l’État, à commencer par M. Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière" explique-t-il dans un communiqué. "Ces spécialistes n’ont eu de cesse de rappeler qu’une période minimale de deux ans était indispensable pour analyser les statistiques avec une rigueur scientifique indispensable sur un tel enjeu de société. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’abaissement à 80 km/h avait finalement été présenté comme une « expérimentation » à l’échelle nationale dont les enseignements seraient tirés au bout de deux ans avec de possibles ajustements".

Le Sénateur estime que cette communication intervient "fort opportunément" au moment où le Premier ministre "est affaibli par le Président de la République qui lui impose un changement de méthode avec des adaptations au cas par cas comme l’a proposé le Sénat en avril 2018" (rapport sur le site du Sénat). Il demandera donc à rencontrer très rapidement Emmanuel Barbe pour clarifier ces annonces.

"Mais au final, peu importe que le Premier ministre ne veuille pas perdre la face, au besoin en s‘asseyant sur toutes les précautions scientifiques défendues par ses services. Peu importe qu’il cherche une nouvelle fois à culpabiliser les automobilistes et les élus locaux. L’important est de lutter avec intelligence et efficacité contre la violence routière, ce qui se traduit par une mesure affinée, concertée et bien comprise". conclut le sénateur.

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vue de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenueà quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 20.15
nuageux
le 18/06 à 9h00
Vent
2.14 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
81 %