Mortalités piscicoles : SOS Loue et rivières comtoises insatisfaite des réponses de la préfecture

Publié le 17/01/2014 - 17:51
Mis à jour le 17/01/2014 - 17:51

Depuis plus d'une semaine, des truites et autres poissons meurent dans le Dessoubre. Face à cette mortalité de plus en plus fréquente, pour SOS Loue et rivières comtoises, la préfecture du Doubs "montre, une fois de plus, l’absence de prise en compte de la gravité de la situation". Pour l'association, l'Etat essaie de "gagner du temps dans l'espoir d'une amélioration". Elle répond à la préfecture du Doubs ce vendredi 17 janvier 2014.

capture_decran_2014-01-17_a_17.50.11.png
SOS Loue et rivières comtoises
PUBLICITÉ

« Le communiqué de presse de la préfecture du Doubs du 15 janvier 2014 montre, une fois de plus, l’absence de prise en compte de la gravité de la situation, alors que près de 400 km de rivières à salmonidés franc-comtoises sont touchées tour à tour par des mortalités massives. Gagner du temps dans l’espoir d’une amélioration semble être la principale méthode de l’administration préfectorale concernant le problème de la pollution gravissime de nos principales rivières à salmonidés, 4 ans après les premières mortalités.

          En effet les trois propositions de la préfecture ne nous paraissent pas à la hauteur de la gravité de la situation :

  • « poursuivre et approfondir les études, mieux comprendre comment les pratiques agricoles impactent les transferts locaux d’azote et de phosphore ».

Pour le seul Dessoubre nous disposons de 23 études depuis 1990, soit environ 1/an qui abordent la plupart des aspects de la pollution de cette rivière. En dehors d’une amélioration (importante mais insuffisante) de l’assainissement à mettre au crédit des élus, la plupart des préconisations n’ont soit pas été mise en œuvre, soit ne sont pas respectées.

  • « définition d’un protocole de suivi en continu ou semi-continu sur la Loue pour mieux comprendre les flux et dynamiques de transfert de l’azote et du phosphore »

Voilà une mesure que nous réclamons depuis 4 ans dans toutes les         instances ou nous sommes représentés et les réunions auxquelles nous sommes conviés. Cela nous a toujours été refusé, car prétendument inutile. Elle permettrait évidemment de lier les pics de pollution azote-phosphore aux épandages agricoles et aux défauts d’assainissements. 

  • « approches sociétales pour mieux cerner les jeux d’acteurs et retrouver les conditions de dialogues entre eux »

Magnifique phrase aussi creuse qu’inutile, le dialogue entre les partenaires n’étant ni rompu, ni insuffisant au vu des multiples réunions qui ont eu lieu, et qui auront encore lieu, et les très nombreuses instances officielles ou l’on parle de la pollution. Le problème étant qu’on ne fait qu’en parler.

Quand au SAGE Haut-Doubs Haute-Loue, il existait avant les pollutions, il n’a pas pu les éviter, ni même les empêcher d’augmenter. Nous connaissons le contenu de la version suivante, elle ne s’attaque pas aux racines du problème.

Nous demandons solennellement que cesse le verbiage pour passer aux actes concrets et si l’approfondissement des connaissances scientifiques ne doit pas être remis en cause, elle ne doit pas être une excuse pour l’inaction, comme c’est le cas actuellement. »

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Jardiniers, avez-vous vu la courtilière ?

Avec sa morphologie pour le moins déroutante et sa taille imposante, la courtilière peut en impressionner plus d’un ! Et pourtant, cet insecte étonnant est en réalité totalement inoffensif. On la trouve dans les jardins et cultures au sol meuble ainsi qu’aux abords de zones humides...le conservatoire botanique a besoin des jardiniers pour recenser l'espèce en Bourgogne-Franche-Comté !

Comment arrive-t-on à détecter les différents pollens dans l’air ?

Thème de la semaine : le printemps #2 • Tous les vendredis, Atmo Bourgogne Franche-Comté diffuse son bulletin de surveillance des pollens. Comment capte-t-on les pollens ?  comment sont-ils différenciés ? Comment fonctionne le capteur installé à Besançon ? Réponses.

Neige collante et chutes de branches : 5.000 foyers toujours privés d’électricité dans le Doubs et le Jura

jusqu'à 6.500 clients impactés • En raison des chutes de neige collante dans la nuit de mercredi à jeudi et dans la matinée et  les chutes de branches entraînant les fils électriques à terre , les équipes d'Enedis sont à pied d'œuvre pour rétablir l'électricité dans le Doubs et le Jura. Retour normal prévu dans la soirée.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 19.3
couvert
le 21/04 à 9h00
Vent
0.89 m/s
Pression
1017.258 hPa
Humidité
62 %

Sondage