Narumi : "Je n'ai rien fait de mal" assurerait le principal suspect

Publié le 08/01/2017 - 10:31
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

Dans des  messages qui lui sont attribués, Nicolas aurait expliqué à une de ses amies au Japon n’avoir aucun lien avec l’assassinat de Narumi, selon des informations de la chaine de télévision japonaise TV Asahi.

 ©
©

Les messages auraient été envoyés sur la messagerie Line jusqu'au mercredi 4 janvier 2017. Dans une conversation avec une amie au Japon qui a souhaité rester anonyme, le principal suspect dans l'assassinat de Narumi à Besançon dément. En espagnol, il expliquerait qu'il n'était pas en France du 30 novembre au 7 décembre dernier et qu'il a "beaucoup de peine, notamment pour sa famille (NDLR de Narumi)" auprès de laquelle il se sentait très proche. Il aurait habité avec eux d'avril à août avant que Narumi n'arrive fin août à Besançon pour étudier au CLA de Besançon et qu'il ne reparte au Chili.

Dans ses échanges, le jeune homme de 26 ans refuserait de dire où il se trouve et se dirait prêt à parler avec Interpol. Ces messages n'ont pour l'heure pas été authentifiés et posent quelques questions, notamment celle de savoir pourquoi il n'a pas décidé de se rendre aux autorités pour s'expliquer. "Tout cela n'est qu'une histoire médiatique…" déplorerait-il en précisant qu'il aurait "des idées" sur ce qu'il s'est passé. "Ce n'est pas la première fois qu'elle disparaît" assurerait celui qui a écrit ces messages.  

Des propos en contradiction avec la mystérieuse vidéo postée sur internet et avec les témoignages de la famille et des amis de Narumi le décrivant comme harceleur avec une personnalité "inquiétante".  A Besançon, les enquêteurs sont sur la piste du jeune chilien depuis le début de l'enquête qui a été requalifiée fin décembre pour assassinat, c'est à dire avec préméditation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Procès Zepeda : la défense demande le renvoi du procès

La défense de Nicolas Zepeda a demandé ce lundi 18 décembre 2023 le renvoi du procès alors que le Chilien devait s'exprimer pour la première fois sur l'assassinat de Narumi Kurosaki dont il répond en appel devant la cour d'assises de la Haute-Saône, en raison de nouveaux éléments ne figurant pas  selon les avocats dans la procédure.

Zepeda, manipulateur “à la limite de la mythomanie”, selon un expert

Le Chilien Nicolas Zepeda, rejugé en appel pour l'assassinat de son ancienne petite amie japonaise Narumi Kurosaki, présente un profil "manipulateur", "à la limite de la mythomanie", selon les conclusions d'un expert présentées jeudi devant les assises de la Haute-Saône, objets d'une passe d'armes entre lui et la défense.

Procès Zepeda : des traductions compromettantes au coeur des débats

"Souvenirs différents" ou "explications biscornues" ? : Nicolas Zepeda et une témoin se sont opposés lundi 11 décembre 2023 devant les assises de la Haute-Saône autour de traductions de messages en japonais potentiellement compromettantes pour le jeune Chilien, rejugé en appel pour l'assassinat de Narumi Kurosaki.

Affaire Narumi : Nicolas Zepeda reconnaît finalement sa présence dans la résidence de la victime

"Je suis rentré dans cette résidence pour frapper à la porte de Narumi" Kurosaki : accusé de l'assassinat de cette étudiante japonaise en décembre 2016, Nicolas Zepeda a reconnu mercredi pour la première fois, sept ans après, sa présence dans le bâtiment ou vivait l'étudiante japonaise.

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.66
nuageux
le 28/05 à 0h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
84 %