Narumi : les recherches en forêt de Chaux n'ont rien donné... pour l'instant

Publié le 07/01/2017 - 12:34
Mis à jour le 18/04/2019 - 09:52

Suite à l'analyse de données GPS de la voiture de location du principal suspect dans l'assassinat de l'étudiante japonaise à Besançon, les recherches se concentrent depuis jeudi en forêt de Chaux dans le secteur de Dole. Nicolas, un professeur assistant de 26 ans, serait rentré au Chili depuis le 13 décembre 2016. Sous le coup d'un mandat d'arrêt international, il n'aurait toujours pas été interpellé. Il aurait falsifié un message du compte Facebook de Narumi le 7 décembre dernier, quelques jours après la disparition de la jeune femme.

capture_decran_2017-01-05_a_10.22.07.jpg
©

Plus d’infos sur le suspect

Les quelques flocons de neige et l'arrivée d'un grand froid ont contrarié l'avancée de l'enquête suite à la disparition de Narumi dans la nuit du 4 au 5 décembre 2016 dans le secteur de Besançon.

Les recherches en forêt de Chaux et dans un canal près de Dole n'ont rien donné ce vendredi 6 janvier 2017 en fin de journée selon LCI. Les investigations devraient se poursuivre encore quelques jours dans ce secteur avec l'aide d'une équipe du centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat  dans le Lot. Ces chiens sont spécialisés dans la recherche de traces de sang et de restes humains. C'est l'analyse de données GPS de la voiture de location du principal suspect qui aurait orienté les enquêteurs dans le secteur. 

Un comportement "harceleur"

Suite à la diffusion d'une vidéo postée par le jeune homme chilien en septembre dans laquelle il impose certaines conditions à Narumi pour la poursuite de leur relation, les médias japonais (Mainichi – Tokyoreporter – news24.jp)  ont  enquêté sur les liens entretenus par les deux jeunes gens. Ils se seraient rencontrés à l'Université de Tsukuba dans la région d'Ibaraki à l'est du Japon. En évoquant la personnalité de Nicolas, l'entourage de la jeune femme parle d'un jeune homme au comportement agressif et harceleur. "Une personnalité inquiétante et envahissante" aurait indiqué la famille de la victime.

La famille de Narumi, et certains de ses amis, se seraient opposés à cette relation. Raison pour laquelle la jeune femme serait venue étudier en Franche-Comté au CLA de Besançon afin de se séparer du suspect. Au même moment, l'ex-petit ami lançait un ultimatum à Narumi dans une vidéo postée sur internet (voir articles ci-dessous) 

Un ordinateur et une valise

Une valise et un ordinateur appartenant à Narumi n'auraient pas été retrouvés dans sa chambre sur le campus de Besançon. Les enquêteurs pensent que le corps aurait pu être transporté dans la valise. Le suspect est également soupçonné d'avoir effacé la vidéo postée en septembre.  Trois jours après la disparition de Narumi, il aurait posté sur le compte Facebook de la victime (depuis l'ordinateur volé ?) un message "J'ai rompu avec mon petit ami" dans le but de brouiller les pistes. Vendredi, Il n'aurait toujours pas été interpellé et serait toujours au Chili.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

narumi

Narumi : Nicolas Zepeda devrait être extradé vers la France le 9 juillet en vue de son procès

Selon un document d'Interpol Chili, le jeune homme de 29 ans, soupçonné d'avoir tué l'étudiante japonaise sur le campus de la Bouloie à Besançon en décembre 2016 sera extradé vers Paris le jeudi 9 juillet dans l'attente du feu vert des autorités sanitaires chiliennes en raison de la pandémie due au coronavirus.  

Affaire Narumi : le parquet chilien demande de durcir le contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda

Le parquet chilien demande désormais un durcissement des mesures du contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné son ex-petite amie japonaise en décembre  2016 sur le campus de la Bouloie à Besançon, et dont l'extradition vers la France a été définitivement autorisée.  La France a deux mois pour aller chercher le suspect. Le procureur de Besançon a précisé être "dans l'attente de la reprise de vols directs entre Santiago du Chili et Paris."

Faits Divers

Permanence vandalisée à Besançon : la fédération du Doubs du Parti communiste porte plainte contre le syndicat UNI

Dans la nuit du dimanche 18 au lundi 19 octobre 2020, la permanence de la fédération du Doubs du Parti communiste à Besançon a été dégradée avec des affiches de l’UNI, le syndicat étudiant connu en région parisienne et qui tente de se réimplanter depuis peu à Besançon. Le PCF a décidé de porté plainte contre ce syndicat pour que "toute la lumière soit faite sur cette événement et que toutes et tous les responsables soient confondus."
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.56
couvert
le 22/10 à 12h00
Vent
5.59 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
32 %

Sondage