L'été approche... En cas de noyade en piscine privée, à qui la faute ?

Publié le 15/05/2023 - 17:21
Mis à jour le 17/05/2023 - 11:23

Avec l'arrivée des beaux jours, les propriétaires de piscine vont peu à peu réouvrir leurs bassins, l'occasion de rappeler que les risques de noyades en miliieux privés sont encore très courant. On fait donc le point avec le site du service public pour savoir qui est responsable en cas de noyade, car parfois, selon les circonstances, aucune faute d’imprudence ne peut être retenue.

Dans un arrêt du 9 mars 2023 de la Cour de cassation, on apprend que celle-ci a rejeté le pourvoi formé par les parents d’un enfant de deux ans et demi qui, après avoir échappé à la surveillance des parents, est décédé en tombant dans une piscine située à trois maisons de son domicile. Le bassin était non recouvert d’une protection rigide et situé sur un terrain non clos. 

La Cour de cassation a estimé qu’il ne pouvait être reproché au couple une quelconque faute d’imprudence (le fait de ne pas avoir remis la bâche rigide après le nettoyage du bassin et de n’avoir pas exercé une surveillance constante). De même, les propriétaires de la piscine ne pouvaient pas légitimement envisager qu’un très jeune enfant pénètre, seul, sur leur propriété privée. Leur responsabilité civile ne peut donc pas être engagée car il n’y a aucun lien de causalité entre leur comportement et le décès de l’enfant qui a été laissé sans surveillance par ses parents.

Dans ce cas précis, la responsabilité incombe donc aux parents qui ont laissé leur enfant sans surveillance. Le propriétaire peut toutefois être tenu pour responsable s’il n’existe aucun dispositif de sécurité. 

Les piscines hors sol, gonflables ou démontables non concernées

Le site du service public rappelle que si l'on est propriétaire d'une piscine privée à usage individuel ou collectif (piscine familiale ou réservée à des résidents, piscine d'hôtel, de camping, de gîte rural...) dont le bassin est totalement ou partiellement enterré (les piscines posées sur le sol, gonflables ou démontables ne sont pas concernées par cette obligation), il faut installer au moins l'un des équipements suivants :

  • Barrière de protection
  • Système d'alarme sonore (alarme d'immersion informant de la chute d'un enfant dans l'eau ou alarme périmétrique informant de l'approche d'un enfant du bassin
  • Couverture de sécurité (bâche)
  • Abri de type véranda qui recouvre intégralement le bassin

Obligation de surveillance durant la baignade

En l’absence de dispositif de sécurité, le propriétaire est déclaré responsable et s’expose à 45.000€ d’amende et est passible de sanctions pénales car la mort d'autrui constitue un homicide involontaire puni de 3 ans d’emprisonnement... Il est également le gardien de sa piscine pendant la baignade de ses visiteurs. Il doit donc réparer les dommages à autrui causée par celle-ci.

Infos +

  • Le dispositif de sécurité peut être installé soi-même ou par le vendeur ou l'installateur de son choix.
  • Le vendeur ou l'installateur doit fournir une note technique d'information indiquant les caractéristiques et conditions de fonctionnement et d'entretien du dispositif de sécurité choisi ainsi que les mesures générales de prévention et de recommandation pour éviter les risques de noyade.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.11
peu nuageux
le 18/05 à 3h00
Vent
0.9 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
97 %