Nucléaire : fin de l'analyse des composants fabriqués en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le 18/07/2018 - 13:55
Mis à jour le 09/08/2018 - 10:53

Framatome (ex-Areva NP) a achevé  l’analyse des anomalies détectées sur les dossiers de fabrication de composants fabriqués sur son site du Creusot (Saône-et-Loire) pour les réacteurs français d’EDF, et l’usine est désormais « totalement opérationnelle », a indiqué ce mercredi 18 juillet 2018 un dirigeant de la société.

L'audit lancé en 2015 après la détection de l'existence d'anomalies comportait trois phases: une étape d'inspection, soit un passage en revue de
"près de 4.000 dossiers", puis une phase d'analyse technique des éventuels écarts soulevés qui est "totalement finie pour toutes les pièces du parc français", a déclaré David Emond, directeur de la division Composants de Framatome, lors d'un point presse au Creusot.

"Il nous reste à finir un certain nombre de clients étrangers, et ce sera fait à la fin de l'année", a-t-il ajouté. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) doit désormais achever d'étudier, réacteur par réacteur au fur et à mesure des arrêts de maintenance programmés par EDF, les résultats transmis par Framatome.

Des irrégularités dans la composition de l'acier du couvercle

"A date, il y a 31 réacteurs qui ont obtenu le feu vert de l'ASN. Et les 27 qui restent sont planifiés d'ici à la fin de l'année", a détaillé M. Emond. Jusqu'à présent, le gendarme du nucléaire a pointé des irrégularités dans la composition de l'acier du couvercle et du fonds de la cuve du réacteur de l'EPR de Flamanville (Manche), finalement autorisée à être utilisée en l'état jusqu'en 2024, ainsi que sur un élément d'un générateur de vapeur du réacteur numéro 2 de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), également validé, et sur une pièce en cours de fabrication sur le site de Framatome à Saint-Marcel.

L'ASN a autorisé en début d'année Creusot Forge à reprendre sa production pour les centrales françaises et la "montée en puissance" est en cours, a indiqué David Haguet, le directeur de l'usine, qui emploie 230 personnes. L'usinage de pièces pour les deux futurs EPR d'Hinkley Point (Royaume-Uni) avait lui repris l'an dernier.

Un recrutement à venir

L'usine prévoit de recruter environ 40 personnes cette année, après 30 l'an dernier. Framatome prévoit d'y investir 11 millions d'euros cette année,
notamment dans l'outil de production ou la numérisation, et entre 7 et 9 millions d'euros par an entre 2019 et 2021. 7,5 millions d'euros ont déjà été
investis l'an dernier. "C'est une page qui se tourne (...) l'usine est totalement opérationnelle", notamment en vue du vaste programme de maintenance du parc français, a affirmé M. Emond, alors que l'entreprise, détenue désormais à 75,5% par EDF, a aussi mis en place l'an dernier de nouvelles procédures pour renforcer  l'auto-contrôle dans ses usines.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le collectif Hop hop hop retire sa banderole appelant à aller voter

À la suite du résultat des élections européennes, le collectif Hop Hop Hop avait affiché une banderole appelant à aller voter sur la façade de l’Arsenal, bâtiment qu’il occupe à Besançon. Le collectif a été sommé de retirer la banderole par le chef de file de l'opposition Ludovic Fagaut qui en avait fait la demande expresse lors du conseil municipal du jeudi 20 juin 2024. 

3677 : le nouveau numéro vert pour signaler les maltraitances animales

Le Conseil nationale de la protection animale (CNPA) a lancé ce lundi 24 juin 2024, un nouveau service téléphonique permettant de simplifier les signalements de maltraitance animale. Celui-ci devrait permettre de venir en aide aux personnes souhaitant signaler un cas de maltraitance animale mais ne sachant pas comment s’y prendre, en les orientant rapidement vers le bon interlocuteur.

Faites le choix de l’armée !

Avec 117 spécialités dans 16 domaines d’activité, l'armée de terre offre de nombreuses opportunités de formation et de métier dans l’aérocombat, l’artillerie, le combat blindé, les forces spéciales, le génie, le BTP ou les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique, l’infanterie, l’informatique, la logistique et le transport, la maintenance, le renseignement, la restauration, la santé, la sécurité et la prévention, l’administration et les services, l’enseignement, la recherche, ou encore la musique.

Passage de la flamme : la préfecture recommande d’anticiper ses déplacements

Du 26 juillet au 11 août, la France accueillera les Jeux Olympiques d’été pour la première fois depuis un siècle. Avant cela, le relais de la flamme fera étape dans le Doubs le 25 juin 2024. Afin de garantir un bon déroulement de l’événement tout en limitant les perturbations que celui-ci est susceptible d’engendrer, la préfecture du Doubs incite d’ores et déjà la population à prendre quelques précautions.

À Besançon, une haie d’honneur pour accompagner le dernier relais de la flamme olympique

Pour le grand final de la journée olympique dans le Doubs et l’arrivée de la flamme dans le Parc de la gare d’eau à Besançon le 25 juin 2024, le Département a annoncé la constitution d’une haie d’honneur composée de plusieurs personnalités locales.   

Qui sont les personnalités qui porteront la flamme olympique dans le Doubs ?

Un mois avant le début des Jeux olympiques, ce mardi 25 juin, la flamme olympique traversera sept communes du Doubs, avant de rejoindre le site de célébration au parc de la Gare d’Eau à Besançon. Parmi la centaine de porteurs, cinq personnalités participeront au relais de la flamme à Pontarlier, Chaux-Neuve, Baume-les-Dames et Besançon. Qui sont-ils ?

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.17
ciel dégagé
le 25/06 à 0h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
89 %