Nue sur un sac: Carla Bruni réclame 125 000 euros

Publié le 15/12/2008 - 16:48
Mis à jour le 15/12/2008 - 16:48

Carla Bruni-Sarkozy a demandé lundi 125.000 euros de dommages contre une société qui a diffusé à La Réunion et allait le faire à Besançon un sac reproduisant sans son autorisation une célèbre photo où elle pose nue dans le cadre d’une campagne contre le sida.

 ©
©
L'épouse du président de la République a réclamé au juge des référés de Saint-Denis 125.000 euros de dommages au titre du préjudice moral (50.000 euros) et patrimonial (75.000 euros), l'interdiction du sac ainsi qu'une astreinte de 100 euros par article diffusé. Le jugement a été mis en délibéré à jeudi.

La société Pardon, spécialisée dans les tee-shirts et articles de plage et connue pour son goût de la provocation, a sorti début décembre à la Réunion un «shopping sac» en toile sur lequel figure la sérigraphie d'une photo de Carla Bruni posant nue.

Le sac est offert pour tout achat d'un article à partir de 5 euros ou vendu pour 3 euros. Il devait être diffusé en métropole à partir de cette semaine dans ses quatre magasins, dont un à Besançon.
«Ni Mme Carla Bruni, ni le photographe n'ont donné leur accord pour l'utilisation de la photo» a dit Me Gesche Le Fur, collaboratrice de Me Thierry Herzog, avocat de l'épouse du président.

Me Le Fur a notamment rappelé que cette photo prise en 1993 était destinée à une exposition et un catalogue dans le cadre d'une campagne contre le sida. «Elle ne veut pas permettre aujourd'hui que cette action militante soit détournée de son but et devienne le vecteur d'une opération commerciale, faite sans son autorisation», a-t-elle ajouté.

L'avocate a accusé la société Pardon d'avoir recherché «l'effet de buzz» sur internet comme «moyen de promotion»: «Elle n'a pas choisi une femme au hasard mais Carla Bruni pour que la médiatisation soit assurée».

Pour son confrère réunionnais Me Iqbal Akhoun, Pardon s'est lancée dans une «opération bassement mercantile en pesant tous les risques». «Avant de diffuser le produit, elle l'a conçu, fait fabriquer, importer, dédouaner. Il y avait un calcul derrière tout ça. Il faut qu'elle assume les conséquences», a-t-il dit.

«Personne n'a reconnu Carla Bruni sur le dessin publié sur le sac», a répliqué l'avocat de Pardon Me Pierre Hoarau, préférant parler d'une «reproduction artistique» de la photo qui, selon lui, a été «retouchée». «Il n'y avait aucune intention maligne de la part de Pardon», a-t-il ajouté, en se demandant «si Carla Bruni a fait un procès à Christie's pour avoir vendu cette photo aux enchères».

En avril, la célèbre maison de vente aux enchères avait adjugé cette photographie pour 91.000 dollars.

Prenant la parole à l'audience, le gérant de Pardon, Peter Mertès a annoncé que les 10.000 sacs fabriqués ont déjà été «retirés de la vente». «On va les brûler tous, c'est prévu,» a-t-il dit.

Son avocat a, par ailleurs, jugé exagéré le montant réclamé, rappelant que dans l'affaire qui opposait les époux Sarkozy à la compagnie aérienne Ryanair pour une photo utilisée sans autorisation à des fins publicitaires, l'épouse du président avait obtenu un euro au titre du préjudice moral.

Elle avait également obtenu 60.000 euros au titre du préjudice patrimonial, qu'elle a reversés aux Restos du Coeur.
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Evénements

À quoi ressemblait la première Foire comtoise ?

QUOI DE NEUF À BESAC ? • Depuis plus de 100 ans, Besançon accueille la Foire comtoise. L’événement a bien évolué au fil des ans, si elle était d’abord une "foire aux bestiaux", elle a su évoluer pour s’adapter à la société et attirer toujours plus de monde. Didier Sikkink, le directeur de Micropolis, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.04
légère pluie
le 23/05 à 15h00
Vent
1.93 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
85 %