Pays horloger, Pays du Haut-Doubs : un partenariat renouvelé au service de la santé

Publié le 08/10/2018 - 10:59
Mis à jour le 15/04/2019 - 12:20

L’Agence Régionale de Santé, le pôle d’équilibre territorial et rural du Pays horloger, le syndicat mixte du Pays du Haut-Doubs et leurs partenaires se sont engagés dans un second contrat local de santé, vendredi 5 octobre 2018, à Morteau.

Prévention, organisation de l’offre de soins, accompagnement me?dico-social... Les contrats locaux de santé permettent de décliner la stratégie régionale à l’échelle des territoires, en l’adaptant à leurs réalités et à leurs enjeux.

En Bourgogne-Franche-Comté, sur les 33 territoires définis, les deux tiers sont désormais couverts par des contrats locaux de santé signés ou en cours de renouvellement. Objectif : couvrir l’ensemble de la région à échéance du Projet Régional de Santé(PRS) arrêté en juillet dernier, et qui réaffirme les enjeux de cet ancrage territorial : « la cohérence entre les actions conduites par les collectivités locales et celles inscrites dans le PRS sera systématiquement recherchée dans les contrats locaux de santé ».

Dans le Doubs...

Cinq CLS sont déjà mis en œuvre, en cours de renouvellement ou de discussion : Besançon, Pays horloger/Pays du Haut-Doubs, Loue-Lison, Pays de Pierrefontaine-Vercel, Pays Doubs central.

Le CLS des Pays horloger/Pays du Haut-Doubs 2018-2022, officialisé le 5 octobre à la mairie de Morteau, va poursuivre et amplifier les objectifs du précédent contrat signé en 2012 sur ce territoire.

Les cinq priorités

Le nouveau contrat local de santé comporte 5 axes prioritaires :

  • Renforcer les soins de proximité : ce qui passe notamment par la promotion du territoire auprès des étudiants et internes en médecine, le développement de l’exercice coordonné ou de la e-santé.
    Un territoire qui a déjà fait la preuve de son pragmatisme et de son dynamisme en la matière, avec l’ouverture du Cabinet éphémère à Pontarlier, cité en exemple à l’échelle nationale dans le cadre du plan d’accès territorial aux soins solidarites- sante.gouv.fr.
  • Améliorer les parcours de soins et la prévention : le contrat local de santé s’appuiera sur le dispositif Pass’Santé Jeunes www.pass-santejeunes-bourgogne-franche-comte.org/ pour engager des actions de prévention en direction des adolescents. Il prévoit de conforter une offre de soins psychiques pour adolescents et jeunes adultes (Res’Ado Haut-Doubs). Un conseil local en santé mentale doit par ailleurs être constitué sur Pontarlier.

Accompagnement sportif pour la santé, soutien aux aidants des malades d’Alzheimer et maladies apparentées figurent encore aux chapitres de ce contrat sur un territoire qui, dans le domaine de la prévention, fait aussi figure de pionnier, puisqu’il déploie le dispositif parcours santé des aînés (PAERPA ou Personnes âgées en risque de perte d’autonomie) depuis 2017.

  • Le troisième axe concerne les actions pour limiter les risques sanitaires liés à l’environnement (qualité de l’air, de l’eau...)
  • Un autre volet est consacré à l’amélioration de la prise en charge en établissement médico-social.
  • Enfin, le CLS prévoit les modalités de son animation, de son évaluation et d’une coopération transfrontalière inhérente à la proximité avec la Suisse.

Personnes âgées en risque de perte d’autonomie.

Les signataires

Le CLS est signé entre l’ARS Bourgogne-Franche-Comté, le pôle d’équilibre territorial et rural Pays horloger, le syndicat mixte du Haut-Doubs, le conseil départemental, le conseil régional, la MSA, la caisse primaire d’assurance maladie, la direction départementale des services de l’éducation nationale.

Le territoire

Le contrat local de santé couvre les Pays du Haut Doubs et Pays horloger, qui correspondent aux communautés de communes Mont d’Or et Deux Lacs, Plateau de Frasne et Val du Drugeon, Altitude 800, Grand Pontarlier, Canton de Montbenoît, Val de Morteau, Plateau du Russey, Entre Dessoubre et Barbèche et Pays de Maîche.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Les laits végétaux passés au crible par Valentine Caput, diététicienne bisontine

L'OEIL DE LA DIÈT' • Ils ont le vent en poupe depuis quelque temps, d'abord cantonnés dans les rayons des magasins bios, les voilà qui inondent ceux de nos supermarchés ! Jus d'amandes, de châtaignes, de riz, d'avoine, de coco, seul le lait de soja a eu le droit de maintenir son appellation "lait", quant aux autres ils ont été relégués à leur juste place : des jus. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, nous aide à les décrypter.

Le CHU de Besançon inaugure un nouveau dispositif aux urgences pédiatriques

Le mardi 14 mai 2024, le CHU de Besançon a inauguré un nouveau dispositif permettant d’animer sa salle d’attente des urgences pédiatriques. Fruit de sa collaboration avec le festival D’autres Formes, le CHU a dévoilé l’oeuvre baptisée Asclépios qui dénote quelque peu avec les traditionnels murs blancs de l’hôpital mais surtout qui s’anime sous les yeux des petits patients dès qu’on la survole avec un téléphone portable. 

Déserts médicaux : des mesures “fragmentaires” et pas assez ciblées, selon la Cour des comptes

Les politiques menées pour réduire les inégalités d'accès aux soins en France sont trop "fragmentaires", "insuffisamment ciblées" et pas "évaluables", déplore ce mois de mai 2024 la Cour des  comptes dans un rapport, proposant plusieurs mesures dont une régulation plus stricte de l'installation des médecins.

Semaine du bien-être : zoom sur une masseuse bisontine…

Le bien-être au travail prend une part de plus en plus importante au sein des entreprises. Celles-ci cherchent à réduire les risques psychosociaux mais aussi à agir sur la motivation de leurs équipes. Pour y parvenir, les entreprises peuvent faire appel à des professionnels. En vue de la semaine du bien-être en entreprise du 17 au 21 juin 2024, zoom sur une bisontine actrice de cette nouvelle politique d’entreprise avec ses massages assis.

La Convergence des services publics lance une pétition contre les inégalités de santé

La Convergence nationale des services publics lance la pétition ''En finir avec tous les restes à charge'' face aux récentes réformes de la sécurité sociale. Une proposition soutenue et relayée par la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité et le Comité de vigilance 70.

Le CHU veut convaincre futurs internes de choisir Besançon pour étudier

Pour convaincre les étudiants de choisir la capitale comtoise comme futur lieu d’internat, le CHU de Besançon a débuté une campagne d’attractivité ciblée en lançant un nouveau site dédié exclusivement aux futurs internes baptisé "Mon internat, c’est Besac !" mettant en avant les atouts du territoire. Une première en France sous ce format.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.77
nuageux
le 25/05 à 6h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %