Pénurie de carburant : accord trouvé entre TotalEnergies et deux syndicats, la CGT claque la porte

Publié le 14/10/2022 - 11:02
Mis à jour le 14/10/2022 - 09:59

Dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 octobre, dans le contexte national de grève et de pénurie de carburant, un compromis sur les salaires a été trouvé entre deux syndicats et TotalEnergies. La CGT a cependant claqué la porte.

 © D Poirier
© D Poirier

Le groupe TotalEnergies et deux syndicats majoritaires semblaient, vendredi 14 octobre, en voie de s’accorder sur une augmentation des salaires dans le groupe, mais la CGT, à l’origine de l’arrêt de travail qui a provoqué une rare pénurie d’essence en France, a refusé tout accord et promis de continuer la grève.

Sous pression du gouvernement et d’une grève qui dure depuis 18 jours, la direction du groupe pétrolier avait convié les quatre syndicats représentatifs à négocier en urgence dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 octobre. Ce n’est qu’à 03 h 30 du matin que les représentants des deux syndicats réformistes CFDT et CFE-CGC sont sortis du siège de TotalEnergies à La Défense, pour annoncer qu’ils étaient favorables à la dernière proposition de la direction, selon eux de 7 % d’augmentation de salaire et 3.000 à 6.000 euros de prime.

La CGT claque la porte

"L’équipe de négociation CFDT donne un avis favorable aux mesures qui sont sur la table", a déclaré Geoffrey Caillon, coordinateur CFDT. L’avis est également "plutôt favorable" à la CFE-CGC, selon son coordinateur Dominique Convert. Chaque syndicat va désormais consulter ses adhérents pour décider de signer, ou non, l’offre, avant vendredi midi.

"On a soumis un accord pour signature avant midi", a confirmé Namita Shah, membre du comité exécutif de TotalEnergies, sans corroborer le chiffre de 7 %, qui est supérieur aux 6 % proposés jeudi.

La CGT, elle, avait déjà quitté l’immeuble, non sans avoir préventivement dénoncé l’accord des deux autres syndicats, forts de 56 % de représentativité à eux deux. "Ça ne changera rien à l’état d’esprit et à la détermination des grévistes", a prédit Alexis Antonioli, espérant désormais "la généralisation du mouvement".

Une "grande journée de grève nationale" mardi prochain

Le mouvement des raffineries s’est de fait déjà mué en appels à la grève générale, et mardi prochain devrait être l’occasion d’une grande journée de grève nationale, des transports aux fonctionnaires, suite à l’appel jeudi de quatre grands syndicats (CGT, FO, Solidaires, FSU) et de plusieurs organisations de jeunesse. La grève de mardi touchera en particulier la SNCF et la RATP.

Le gouvernement avait fait fortement pression pour que ces négociations commencent, et Emmanuel Macron a assuré que le retour à la normale interviendrait "dans le courant de la semaine qui vient".

"La catastrophe"

Dans les Hauts-de-France, en Île-de-France et dans le Centre-Val-de-Loire, particulièrement touchés par les pénuries créées par les grèves dans les raffineries et dépôts de carburants, les automobilistes ont continué jeudi leur quête d’essence et de diesel, chassant les ravitaillements de camions-citernes et surveillant les applications. Une pénurie qui fait perdre un temps considérable aux professionnels qui dépendent de leur véhicule : transporteurs routiers, artisans, ambulanciers…

"Depuis quatre-cinq jours, c’est la catastrophe", s’exclame Françoise Ernst, monitrice d’auto-école à Paris. "On ne peut plus travailler." "C’est un vrai problème, pas que pour les chefs d’entreprise, pour tout le monde", témoignait aussi Enzo Rougès, chef d’entreprise dans l’automobile, à une station BP de Paris prise d’assaut. Les routiers sont "sur le fil du rasoir", assure auprès de l’AFP le secrétaire général de l’organisation professionnelle Otre, Jean-Marc Rivera.

Seule une raffinerie a vu la grève s’arrêter jeudi, celle de Fos-sur-Mer appartenant à Esso-ExxonMobil, où un accord a été signé lundi avec CFDT et CFE-CGC mais est rejeté par la CGT. Les grévistes de celle de Gravenchon-Port-Jérôme l’ont en revanche reconduite jeudi. Cinq raffineries, sur sept en France, restent à l’arrêt, ainsi que plusieurs dépôts dont un immense près de Dunkerque, appartenant à TotalEnergies.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Au régal de chouchou, nouveau salon de thé bisontin

Christine Demange habite Pouilley les Vignes et vient d’ouvrir un nouveau salon de thé, Au régal de Chouchou situé au 128 grande rue à Besançon. Issue de la finance, cette mère de famille de quatre enfants a décidé de changer de voie professionnelle durant le confinement et a désormais troqué son tailleur pour un tablier… sans regrets !

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

On a goûté pour vous le calendrier de l’avent de laGrange à Marnay…

Chaque année, laGrange à Marnay propose un calendrier de l’avent version gourmande avec ses produits et des découvertes. Élodie et Alexane, journalistes pour maCommune.info et amatrices de boissons chaudes, ont testé pour vous les thés, tisanes et rooibos de ce calendrier particulier…

Bourgogne Franche-Comté : La retraite progressive ou comment se préparer au départ à la retraite

PUBLI-INFO • Le départ en retraite effraye, c’est un fait. Les futurs retraités redoutent de se retrouver sans activités pour occuper leurs journées. Ainsi, la retraite progressive permet, à partir de 60 ans, de recevoir une part de sa re­traite tout en réduisant son temps de travail. À travers, le témoignage de Pierre-Jean, salarié de 62 ans, décou­vrez ce qu’est concrètement la retraite progressive et les motivations qui l’ont poussé à en faire la demande.

Connaissez-vous le Livret Engagé Sociétaire du Crédit Agricole Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • Le Crédit Agricole s’engage ! Il offre la possibilité à ses clients sociétaires de devenir acteurs des grandes transitions climatiques, agricoles et sociétales à chaque instant et quels que soient leurs moyens, grâce au Livret Engagé Sociétaire.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.43
nuageux
le 02/12 à 15h00
Vent
1.49 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
80 %