"Permis de louer" : Anne Vignot veut réhabiliter 520 logements au centre-ville

Publié le 09/10/2020 - 14:15
Mis à jour le 09/10/2020 - 13:58

Habités ou non, 520 logements du centre-ville sont dans le viseur des services de la municipalité de Besançon dans la cadre de la politique de lutte contre l’habitat indigne. La Ville souhaite expérimenter sur cinq ans, dans le cadre du programme « Action Coeur de Ville », une phase de réhabilitation assortie d’aides financières. Mais elle veut aussi et surtout y adjoindre un volet énergétique. Anne vignot a interpellé à ce sujet  la ministre de la transition écologique Barbara Pompili. Le « Permis de louer » entrera en vigueur au 1er mai 2021.

 © D Poirier
© D Poirier

« Seule la mise en location ou la relocation d’un logement sera visée. La reconduction, le renouvellement de location ou l’avenant au contrat de location ne sont pas soumis à autorisation ».

Incitatif et coercitif. Anne Vignot va proposer ce vendredi soir au conseil municipal de Besançon une expérimentation, sur les secteurs Battant, Hypercentre et pied de Citadelle, d'autorisation préalable de mise en location (APML). Comprenez un "permis de louer".

"Nous avons identifié les bâtiments qui sont en état de vétusté depuis longtemps. 520 logements privés, habités ou non, ont été repérés et nous sommes en train d'interpeller les propriétaires en les sensibilisant sur les aides pour les aider à financer les travaux, mais avec une interdiction de louer dans une politique de lutte contre le logement insalubre..." Anne Vignot, maire de Besançon

Volet énergétique :  la ville de Besançon interpelle Barbara Pompili

Concrètement, si le propriétaire concerné souhaite louer ou relouer son logement , il devra engager des travaux sous peine de se voir opposer une interdiction de louer. Mais la maire de Besançon s'étonne que l'autorisation préalable de mise en location ne soit pas soumise à une clause énergétique. Anne vignot a écrit en ce sens au ministère de la transistion écologique la semaine dernière. "Il serait logique d'adjoindre des conditions de rénovation énergétique...non seulement pour des questions écologiques, mais aussi de charges pour les locataires... "estime Anne Vignot.

Car même si l'évolution du "décret décence" intègre un volet énergétique (consommation maximale autorisée de 500kwh/m2/an), son application ne sera pas effective avant le 1er janvier 2023.

Dans un courrier envoyé la semaine dernière, le Ville de Besançon demande à la ministre du de la transition écologique de lui donner la possibilité de conditionner les mises en location de logement au respect de performances énergétiques minimales et d'interdire la location des logements les plus énergivores de classes F et G, "soit une consommation maximale de 330kwh/m2/an".

Dans ce périmètre des 520 logements concernés, mettre en location un logement sans une demande d’autorisation ou en dépit d’une décision de rejet de cette demande peut être  sanctionné par une amende de 5.000 € pouvant être porté à 15.000 € en cas de nouveau manquement dans un délai trois ans.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.39
légère pluie
le 24/05 à 21h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
85 %