Plan social chez GE: l'intersyndicale appelle le gouvernement à "stopper" un "carnage"

Publié le 29/05/2019 - 14:10
Mis à jour le 29/05/2019 - 14:20

L'intersyndicale de General Electric à Belfort a appelé mercredi le gouvernement à "stopper" un "scandale" et un "carnage", au lendemain de l'annonce par le groupe américain de sa volonté de supprimer plus de 1.000 postes en France.

general_electric_logo.png
logo general electrics
PUBLICITÉ

« Nous demandons au gouvernement de stopper ce scandale, ce carnage qui n’a d’autre but que de délocaliser l’activité hors de France et qui n’est aucunement une adaptation au marché« , a déclaré Philippe Petitcolin (CFE-CGC) lors d’une conférence de presse de l’intersyndicale à Belfort.

7 à 9 turbines construites cette année

Dénonçant des propos du ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, qui avait affirmé la semaine dernière qu’il n’y avait « pas de débouché » pour la filière de production de turbines à gaz de Belfort, le syndicaliste a précisé que le site allait produire 7 à 9 turbines cette année, soit l’équivalent de « 4 à 5 centrales nucléaires« .

Il est « choquant et inacceptable qu’un ministre de l’industrie français relaie des informations trompeuses avec des conséquences aussi dramatiques pour les salariés de GEet la filière énergétique française », a ajouté M. Petitcolin, poursuivant la lecture d’un communiqué commun de la CGT, de la CFE-CGC et de Sud Industrie.

« Un plan massif de délocalisation »

Selon l’intersyndicale, la filière de production des turbines à gaz de Belfort a « déjà atteint la taille critique » avec, depuis deux ans, une réduction de « près de 30% des effectifs« .

Philippe Petitcolin a dénoncé « un vaste plan massif de délocalisation d’activités » avec l’ingénierie « délocalisée en Inde, en Pologne et au Mexique » et la production « en Hongrie et aux Etats-Unis« .

Le groupe américain General Electric a annoncé mardi envisager jusqu’à 792 suppressions de postes dans l’entité gaz, et 252 dans celle dédiée aux fonctions supports.

A la suite de cette annonce, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est engagé à préserver « l’avenir industriel de Belfort« .

La secrétaire d’Etat Agnès Pannier-Runacher a souligné pour sa part mercredi que le gouvernement attendait de General Electric qu’il soit « exemplaire » à Belfort, assurant qu’il serait « très exigeant » sur l’accompagnement des salariés.

(Selon AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

publi-info • Le centre de sports indoor Play Arena propose une offre unique à Besançon : 3 terrains de football, 4 terrains de badminton et 2 courts de squash sur une surface de plus de 2 800 m2. C’est aussi un complexe aménagé pour l’accueil des séminaires d’entreprises et team building.

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Publi-info • Peugeot Saveurs SNC conçoit et fabrique à Quingey nombre de produits qui prennent place sur nos tables, dont les célèbres moulins Peugeot et des accessoires dédiés à la dégustation du vin. Cette année, du 21 au 23 juin, la manufacture organise sa première grande braderie autour de ses fabrications.

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.52
nuageux
le 18/06 à 21h00
Vent
2.17 m/s
Pression
1013.19 hPa
Humidité
76 %

Sondage