"Plus de maîtres que de classes" : 55 postes dédiés depuis la rentrée 2016

Publié le 11/01/2017 - 17:18
Mis à jour le 11/01/2017 - 17:31

Hier, mardi 10 janvier 2017, une note nationale sur le dispositif « plus de maîtres que de classes » a été remise à la ministre de l’Éducation nationale. Ce dispositif prévient la difficulté scolaire, avec de nouvelles organisations pédagogiques. Qu’en est-il dans l’académie de Besançon ?

 ©
©

"Le dispositif "plus de maîtres que de classes" a pour objectif de prévenir la difficulté scolaire, en permettant de nouvelles organisations pédagogiques, au sein même de la classe pour mieux remédier aux difficultés d’apprentissage et conduire chaque élève à la maîtrise des compétences de base, dans le cadre du socle commun," présente le rectorat de Besançon.

Dans la région, à la rentrée 2016, 55 postes étaient dédiés à ce dispositif : 26 dans le Doubs, 11 dans le Jura, 10 en Haute-Saône et 8 dans le Territoire de Belfort.

Privilégier les zones prioritaires

Progressivement déployé dans l'académie, d'abord dans les réseaux d'éducation prioritaire, notamment en REP+, qui scolarisent les élèves les plus fragiles, le dispositif s’est ensuite étendu aux zones rurales défavorisées. Les emplois se retrouvent majoritairement dans une seule école, voire dans un groupement d'écoles proches géographiquement.

Mieux encadrer les enseignants

Des équipes de circonscription (inspecteurs de l’Éducation nationale, conseillers pédagogiques) répondent en temps réel aux sollicitations des enseignants. Des formations accompagnent les projets. Pour chaque implantation, l’équipe d’enseignants élabore un projet : axes prioritaires et objectifs de l’emploi, articulation du dispositif avec les autres formes d'aides pédagogiques, évaluation, etc. Ces emplois permettent également de faire évoluer les interactions entre les enseignants et les élèves.

Repenser les pratiques d’enseignement

Le rapport "maître-élèves" est revisité afin de mieux prendre en considération les différences individuelles des écoliers. Propositions de co-intervention, de fonctionnement en îlots, groupe de besoin, etc., pour une meilleure adaptation à la diversité des élèves scolarisés, plus de souplesse et de réactivité. L'observation par un "pair enseignant" permet des retours afin de modifier les pratiques des enseignants par l'action. Enfin, des formations sont développées en parallèle.

Le dispositif fera l'objet d'une évaluation au niveau départemental ou académique suivi d'un bilan.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Groupes de niveau au collège : les parents d’élèves de Valdahon appellent à manifester

Le mercredi 29 mai 2024, les parents d’élèves du collège Edgar Faure de Valdahon appellent les autres parents à ne pas mettre leurs enfants au collège en vue d'une action "collège mort". La raison ? Montrer leur indignation face au fait que les élèves des classes de 6ème et 5ème seront triés par groupe de niveau dès la rentrée prochaine. Une manifestation est prévue dans la matinée du mercredi 29 mai.

À Sancey, une action “collège mort” pour dénoncer les groupes de niveau

Une action "collège mort" aura lieu au collège Henri Fertet de Sancey mercredi 29 mai 2024. Les parents d’élèves sont invités à ne pas envoyer leurs enfants au collège ce jour-là  et à se rassembler devant l’établissement à 10h. Une journée nationale de mobilisation contre la réforme du "choc des savoirs" aura également lieu le samedi 25 mai à 10h30 à Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.22
légère pluie
le 30/05 à 6h00
Vent
4.05 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
99 %