Presse : Christophe Dollet répond aux «insinuations» de Jacques Grosperrin (UMP)

Publié le 20/01/2012 - 15:28
Mis à jour le 20/01/2012 - 19:10

L’ancien journaliste de L’Est Républicain, embauché depuis le 1er janvier au cabinet du maire de Besançon comme conseiller technique, répond au communiqué du député UMP qui s’interrogeait sur la « promiscuité » entre le quotidien régional et Jean-Louis Fousseret. 

presse_002.jpg
@archives carvy
PUBLICITÉ

Dans une lettre ouverte, l’ancien journaliste « avoue ne pas bien comprendre les insinuations » de Jacques Grosperrin et place le débat sur un autre terrain.

 « Je suis surpris qu’un si fin observateur de la vie des médias n’ait pas relevé que 110 journalistes de l’Est Républicain et des DNA ont choisi de quitter leur entreprise, soit près du quart des effectifs, à la suite du rachat de ces titres jusqu’ici indépendants, par un grand groupe bancaire. Il me semble qu’en qualité de député vous pourriez au minimum vous interroger sur l’avenir des rédactions hier en concurrence dans le Nord Franche-Comté, en Alsace, en Lorraine, désormais rassemblées dans un même groupe qui n’a pas caché son intention de mutualiser le contenu des treize journaux qu’il possède aujourd’hui. Si une menace pèse sur la pluralité d’expression, je ne m’en sens guère responsable », explique Christophe Dollet.

« Que vous vous focalisiez sur mon cas me fait beaucoup d’honneur, même si, ayant quitté la rédaction de Besançon depuis juin 2010, je vois mal comment vous pouvez aujourd’hui me reprocher d’influer sur sa politique rédactionnelle. Pour le reste, sachez que j’ai choisi, pour des raisons personnelles qui ne regardent personne, pas même le député, de revenir vivre à Besançon. Je n’avais pas cru bon vous en demander la permission, et je continuerais à m’en passer.

Je vous fais confiance pour vous préoccuper, à l’avenir, des vrais sujets qui pèsent sur la liberté de la presse quotidienne régionale », conclut la lettre du journaliste.  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.81
ciel dégagé
le 26/06 à 3h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1021.63 hPa
Humidité
92 %

Sondage