Prêt-à-porter : IKKS prévoit de fermer 77 magasins en France

Publié le 06/02/2024 - 08:46
Mis à jour le 06/02/2024 - 08:46

Présenté lundi 5 février 2024 par la direction de IKKS, le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) pourrait concerner 77 magasins ainsi que des corners (sur 700) et environ 200 collaborateurs en France. En Franche-Comté, on compte six magasins de l'enseigne, dont cinq à Besançon, un à Pontarlier et six en Bourgogne.

 © IKKS
© IKKS

L’objectif de ce plan est de faire face à une ”réalité économique complexe”, selon un communiqué. ”La conjonction de divers facteurs externes tels que la crise sanitaire mondiale due au Covid-19, les conséquences de la guerre en Ukraine où le groupe était fortement implanté, ainsi qu'une inflation persistante, ont fortement impacté l'ensemble du secteur”, a justifié l'entreprise. Ce projet ”vise à rationaliser le réseau de distribution et à optimiser les performances de l'entreprise dans un contexte économique instable”, a encore expliqué IKKS qui s'est par ailleurs engagé à ”maximiser les reclassements”.

Un cocktail détonant

Fondé en 1987, le groupe IKKS rassemble des marques telles que I.Code, One Step et IKKS, et propose des vêtements pour femmes, hommes et enfants. Le groupe est présent en France et à l'international avec 700 points de vente et 1.700 collaborateurs dans le monde, selon le communiqué de presse.

Le secteur du prêt-à-porter en France est secoué par une violente crise depuis plus d'un an. Camaïeu, Naf Naf, Gap France, André, San Marina, Kaporal, Don't Call Me Jennyfer, Kookaï, Minelli, Burton of London, Pimkie, Du Pareil au Même et Sergent Major... Ces marques bien connues des centres-villes français ont souffert d'un cocktail détonnant : pandémie, inflation, prix de l'énergie, des matières premières, des loyers et des salaires ou encore concurrence de la seconde main et de la «fast fashion». Certaines réduisent la voilure, comme IKKS, d'autres ont été placées en redressement judiciaire, d'autres enfin, liquidées.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

La Maison Loiseau ouvre un restaurant au Japon 

Blanche Loiseau, qui a travaillé en immersion une année au Japon en 2019-2020, avant d’assumer son premier rôle de cheffe à "Loiseau du Temps " à Besançon pendant une année, se rendra au Japon pour ouvrir "Loiseau de France". Son second, Léo Pujol, qu’elle forme depuis un an, deviendra son successeur à Besançon, apprend-on ce 1er mars 2024.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.75
couvert
le 02/03 à 9h00
Vent
2.97 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
71 %