Alerte Témoin

"Projet X" : un jeune homme jugé pour sa participation à une fête ayant tourné au saccage

Publié le 27/01/2016 - 11:35
Mis à jour le 27/01/2016 - 11:35

Feu d'artifice dans le salon, portes arrachées, bijoux dérobés, cave à vins pillée : le tribunal correctionnel de Nancy se penchera jeudi 28 janvier 2016 sur les impressionnantes dégradations commises en juin 2013 lors d'une fête d'adolescents chez les parents de l'un d'entre eux.

Capturedcran2013121816.52.25.png
©Alexane Alfaro

Un jeune homme de 20 ans - il était tout juste majeur à l'époque - comparaîtra pour "vols et dégradations" commises à l'occasion de cette fête inspirée du film américain "Projet X", une comédie qui relate le saccage d'une maison par des centaines de fêtards contactés via les réseaux sociaux. Depuis la sortie de ce film, début 2012, des adolescents du monde entier en ont reproduit le scénario, causant d'importants dégâts dans des maisons.

Dans le cas soumis jeudi au tribunal, la fête avait eu lieu dans une maison de Sornéville, à environ 20 km de Nancy, à l'initiative d'un garçon de 15 ans qui voulait profiter de l'absence de ses parents ce soir-là. Les participants "ont agi de manière totalement gratuite, l'invitation postée sur Facebook s'est répandue comme une traînée de poudre", et l'hôte a été débordé par l'arrivée d'environ 90 personnes, résume l'avocat des propriétaires de la maison, Me Frédéric Berna.

"Ils ont bu au goulot des bouteilles de Château-Yquem à l'arrêt de bus"

"Un feu d'artifice confectionné à l'aide d'un fumigène placé dans un pot de Nutella a été tiré dans le salon, les portes arrachées, les murs tagués, le
parquet gravé, le matériel de jardinage jeté dans la piscine, le mobilier détruit", énumère l'avocat. Des bijoux de valeur et du matériel informatique ont été dérobés, et des bouteilles. Les jeunes gens, la plupart âgés d'environ 16 ans, ont également "bu au goulot des bouteilles de Château-Yquem à l'arrêt de bus", dérobés dans la cave des propriétaires, relate l'avocate du prévenu, Me Samira Boudiba. Les poules du jardin ont été placées dans des sacs en plastique, et utilisées comme ballon de football.

Le prévenu majeur encourt 3 ans de prison

L'orgie avait pris fin grâce à l'intervention d'un voisin excédé par le bruit, qui s'était rendu sur place et avait prévenu la gendarmerie, entraînant la fuite immédiate des "invités". Si l'organisateur initial de la fête a été mis hors de cause, l'enquête a permis d'identifier une dizaine de jeunes parmi lesquels le majeur jugé jeudi, ainsi que cinq mineurs, dont trois ont déjà été présentés devant le juge des enfants, et deux doivent l'être prochainement. Le prévenu majeur, qui encourt trois ans de prison, "assume et n'a pas cherché à contester les faits", souligne Me Boudiba, pour qui il ne faudrait pas que "le tribunal le sanctionne pour sa majorité", alors même que "ce n'est pas lui qui a commis les faits les plus graves".

En 2012, deux jeunes hommes avaient été condamnés à six mois de prison ferme pour leur responsabilité dans une autre orgie de type "Projet X", qui avait réuni un millier de jeunes dans une villa inoccupée du littoral varois.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Narumi : le parquet chilien demande de durcir le contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda

Le parquet chilien demande désormais un durcissement des mesures du contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné son ex-petite amie japonaise en décembre  2016 sur le campus de la Bouloie à Besançon, et dont l'extradition vers la France a été définitivement autorisée.  La France a deux mois pour aller chercher le suspect. Le procureur de Besançon a précisé être "dans l'attente de la reprise de vols directs entre Santiago du Chili et Paris."

Trois ans d’inéligibilité requis à l’encontre de Ian Boucard, le député LR du Territoire-de-Belfort

Trois ans d'inéligibilité ont été requis mercredi à l'encontre du député LR du Territoire-de-Belfort, Ian Boucard, jugé à Besançon pour "manoeuvre frauduleuse" après la diffusion de faux tracts dans le cadre de la campagne législative de 2017. Le tribunal correctionnel de Besançon rendra sa décision le 12 juin.

Un médecin du Jura meurt du Covid-19 : son épouse porte plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France.  Son épouse, Claire Loupiac a décidé de porter plainte contre l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté, contre le ministre de la santé Olivier Véran, sa prédecesseure Agnes Buzin et contre la direction de l'hôpital jurassien.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.23
ciel dégagé
le 29/05 à 12h00
Vent
7.09 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
37 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune