Protections périodiques : le Sybert veut rembourser 50% du prix de vos protections lavables

Publié le 01/03/2023 - 09:52
Mis à jour le 03/03/2023 - 10:22

Alors que les protections hygiéniques jetables (serviettes et tampons) représentent 216 tonnes de déchets par an sur le territoire Grand Besançon-CC Loue Lison-CC Val Marnaysien, le Sybert veut encourager les femmes à utiliser des protections lavables en remboursant 50% du prix d’achat, a-t-on appris mercredi 1er mars 2023.

Le Syndicat mixte de Besançon et de sa région pour le traitement des déchets est un établissement public qui gère les déchets de trois communautés membres : communauté urbaine de Grand Besançon Métropole, communauté de communes Loue Lison et communauté de communes du Val Marnaysien. Celles-ci ont gardé la compétence "collecte" des déchets et ont transféré la partie "traitement" au Sybert. Ce dernier couvre au total un territoire de 163 communes, soit 227.000 habitants (environ la moitié de la population du département du Doubs).

En France, 2 milliards de protections périodiques sont jetées chaque année, ce qui représente 13% des ordures ménagères résiduelles (avec les cotons, couches, mouchoirs…). Sur le territoire du Sybert, ce type de déchet représente 216 tonnes par an, soit 16 kilos de déchets par an et par habitant (textiles sanitaires jetables hors couches).

Une nouvelle subvention pour l’achat de protections lavables

Au-delà de leur impact environnemental, les protections périodiques jetables peuvent également présenter des risques sanitaires. Il est en effet prouvé que les tampons et serviettes hygiéniques intègrent dans leur composition de nombreuses substances chimiques, dont certaines sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens et/ou cancérigènes. Leur utilisation peut par ailleurs entraîner des irritations, des problèmes d’allergies et de l’inconfort.

Afin de permettre aux femmes d’avoir accès à des produits plus sains pour leur corps et pour la planète, tout en leur permettant d’alléger leur poubelle, le Sybert met en place une aide à l’achat de protections hygiéniques lavables. Disponible depuis le 1er mars 2023, cette subvention s’applique pour l’acquisition de serviettes hygiéniques lavables, coupes ou culottes menstruelles. 

Comment en bénéficier ?

  • La bénéficiaire doit résider sur le territoire du Sybert ;
  • Les subventions sont limitées à une par an et par bénéficiaire ;
  • La subvention octroyée est limitée à hauteur de 50% du prix de vente, lui-même plafonné à 50€ TTC, hors frais supplémentaire (livraison) ;
  • Elle est valable pour l’achat de serviettes hygiéniques lavables, culottes et/ou coupes menstruelles ;
  • Dans la limite de 250 bénéficiaires sur l’année 2023 ;
  • Avec obligation pour les bénéficiaires de répondre à un questionnaire sur l’utilisation des protections hygiéniques lavables 4 à 6 mois après la demande de subvention.

Pour bénéficier de la subvention, les documents à fournir sont :

  • Le formulaire de demande complété et signé ;
  • La facture d’achat de protection hygiénique lavable datant de moins de 3 mois ;
  • Une copie de pièce d’identité ;
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois ;
  • Un RIB au nom du bénéficiaire ou de son représentant légal.

Des protections à quels prix ?

Les protections lavables demandent un certain budget en un seul achat quand on a l'habitude d'acheter des boîtes de tampons ou de serviettes à quelques euros. La subvention du Sybert à hauteur de 50% du prix d'achat est particulièrement intéressante, surtout pour les petites budgets.

  • La coupe menstruelle (représentant 1.500 tampons à usage unique) a une durée de vie d’environ 5 ans et coûte entre 15 et 35€.
  • La serviette hygiénique lavable peut être utilisée jusqu’à 200 fois, avec une durée de vie moyenne de 5 ans, pour un prix compris entre 15 et 20€.
  • Enfin, la culotte menstruelle (représentant entre 2,5 et 5 tampon par utilisation) a une durée de vie moyenne de 2 à 7 ans et coûte entre 30 et 50€.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.86
partiellement nuageux
le 25/02 à 0h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
86 %