Qualité des eaux : 26% des cours d’eau régionaux en bon état écologique

Publié le 22/11/2022 - 08:21
Mis à jour le 25/11/2022 - 10:33

L’agence de l’eau a présenté son nouveau rapport sur l’état des cours d’eau et des nappes des bassins Rhône-Méditerrannée et de Corse et plus particulièrement en Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est où il apparaît que seulement 26% des rivières sont en bon état écologique. 

D’après le rapport dressé par l’agence de l’eau, il apparaît que l’état des eaux en Bourgogne Franche-Comté (bassin Rhône-Méditerrannée) est globalement moins bon que sur l’ensemble du bassin analysé, le Rhône présentant par exemple un taux moyen de 52%. Les nappes souterraines de leurs côtés sont 83% à afficher un bon état chimique. 

Une qualité d’eau qui s’améliore depuis 30 ans

Pourtant, le directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée, Laurent Roy l’affirme, "la qualité de l’eau a considérablement augmenté depuis 30 ans" en partie grâce à des gros efforts d’assainissement et d’épuration des cours d’eau. Ainsi, des substances autrefois très présentes dans l’eau comme l’ammonium ou encore le phosphore ont pu être divisées par 20 (ammonium) et par 10 (phosphore). La toxicité due aux micropolluants organiques (hors pesticides) a pu elle, être divisée par quatre entre 2008 et 2017. 

Plus de 500 substances retrouvées dans les cours d’eau 

Mais il reste toutefois encore de gros défis notamment concernant les substances chimiques. Qu’il s’agisse des pesticides omniprésents dans les eaux ou encore des produits de la vie quotidienne (d’entretien, cosmétiques ou encore de médicaments), l’ "on a tendance à en retrouver partout donc la solution c’est de vraiment en réduire les usages à la source quand c’est possible" nous confie le directeur général.

La caféine très présent dans les cours d’eau

Parmi les substances retrouvées dans les cours d’eau, l’un des marqueurs de pollution engendrés par l’homme est la caféine. Celle-ci n’étant pas traitée par les stations d’épuration, cela montre la grande diversité de substances concernées et donc "la nécessité d’avoir une mobilisation collective ". "La caféine c’est vraiment artificielle dans notre bassin, il n’y a pas de caféier en Bourgogne Franche-Comté et pourtant on en trouve dans près de 80% de nos rivières" nous explique Laurent Roy. 

© L'Agence de l'eau

Garantir l’état écologique des cours d’eau

Autre gros enjeux, écologique cette fois, essayer d'avoir "des rivières, des zones humides et des plans d’eau suffisamment naturelles pour que la biodiversité puisse bien s’y porter" et donc avoir des milieux qui, écologiquement fonctionnent bien. Le problème étant que les cours d’eau ont beaucoup été "artificialisé " au cours des décennies précédentes et qu’il faut désormais "renaturer, redonner de la diversité, des aspects sinueux, des berges plus variées, des fonds plus naturels pour que les écosystèmes aquatiques refonctionnent" insiste le directeur de l’Agence.

Le changement climatique complique la donne 

On a encore pu s’en rendre compte cet été avec l’état d’assec du Doubs à Villers-le-lac, le changement climatique fait également souffrir les rivières et les zones humides. Les efforts de dépollution et de naturalisation des rivières deviennent ainsi "de plus en plus dur avec le changement climatique qui fait que les milieux souffrent de plus en plus". Là encore, il y a pour le directeur "un gros enjeux de lutte contre le gaspillage et de partage équilibrée de la ressource en eau pour que les écosystèmes puissent bien fonctionner". 

"Le changement climatique, on le voit, on le constate d’ores et déjà mais pour le moment on est toujours sur la trajectoire du pire. Sa pression sur les milieux, sur les ressources en eaux va encore s’accroître donc il est vraiment indispensable que chacun prenne conscience de cette nécessité de se mobiliser pour l’eau." Laurent Roy, directeur de l'Agence de l’eau Rhône Méditerranée.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Des chasseurs du Doubs demandent à pouvoir chasser le lynx, espèce protégée

Dans un courrier du 16 février 2024, l’Association intercommunale de chasse agrée (AICA) de Fournets-Luisans représentée par son président Steve Thalmann, a demandé à la fédération départementale des chasseurs du Doubs de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale un déclassement du lynx boréal, espèce protégée. Une proposition qui n’a pas manqué de faire bondir le centre Athénas, dont la mission est en partie dédié à la protection du félin. 

Vent, pluie, inondations : tous les départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune à partir de cette nuit

Météo France a placé l’ensemble des départements de Bourgogne Franche-Comté en vigilance jaune pour des vents pouvant être violents et pour des inondations dans certains secteurs à partir de jeudi 22 février à 3h00. Cette vigilance concerne également une très large partie de la France. On fait le point.

170 arbres plantés dans le Jura pour favoriser la biodiversité

Le mardi 20 février 2024, la LPO Bourgogne-Franche-Comté, en partenariat avec SNCF Réseau Bourgogne-Franche-Comté et France Nature Environnement Bourgogne-Franche-Comté, a organisé une plantation de haies champêtres à Brans (39) qui a pour objectif de créer et de restaurer des habitats terrestres pour les amphibiens afin de permettre le déplacement des espèces. Ce chantier participatif est financé à 100% par SNCF Réseau.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.91
forte pluie
le 22/02 à 21h00
Vent
7.37 m/s
Pression
997 hPa
Humidité
83 %