Quelles sont les consignes de vote pour le second tour ?

Publié le 27/03/2014 - 16:07
Mis à jour le 28/03/2014 - 11:45

Après le premier tour des élections municipales à Besançon qui s’est déroulé dimanche 23 mars, des consignes de vote ont été communiquées de la part de certains candidats des listes, colistiers qui ne passent pas au second tour. Quelles sont-elles ?

 ©
©

Emmanuel Girod : aucune consigne de vote. "Notre inde?pendance est essentielle si nous voulons e?tre en mesure de porter nos propositions alternatives, sociales, e?cologiques et de?mocratiques. M. Fousseret a rejete? notre proposition sans me?me daigner nous rencontrer. Pour lui, nul ne peut figurer sur sa liste s’il n’accepte pas a? l’avance de se soumettre a? son diktat : soutien inconditionnel a? sa politique qui n’est, chacun le sait bien, que la traduction de la politique nationale auste?ritaire de Franc?ois Hollande. Il impose en effet a? ses colistiers de s’engager a? voter les budgets des 6 prochaines anne?es les yeux ferme?s. On ne rassemble pas en imposant la muselie?re. Par ce sectarisme, Jean Louis Fousseret et ses allie?s (PCF-EELV) empe?chent les 2852 e?lectrices et e?lecteurs du Front de Gauche d’e?tre repre?sente?s au Conseil Municipal et a? la CAGB." 

Les alternatifs et la gauche anticapitaliste : Jean-Louis Fousseret. "Nous appelons clairement à ce qu’aucune voix ne se porte sur la liste de droite synonyme de moins de services publics et encore moins sur la liste d’extrême droite porteuse de haine des autres. Pas une voix (ni vote blanc ni abstention) ne doit mener à ce que la ville soit gérée par la droite."

Frank Monneur : aucune consigne de vote. Il a cependant indiqué lors de sa conférence de presse mardi 25 mars que "Je voterai blanc". Par ailleurs, Didier Gendraud, un de ses colistiers et à l'origine de la liste "Besançon générations citoyennes" a déclaré qu'"On est dans une élection où le parti compte mais l'homme aussi compte et j'aime bien les gens qui ont un esprit d'ouverture donc je voterai en fonction de cet esprit d'ouverture".

Lazhar Hakkar : Jean-Louis Fousseret. "Parce que j'apprécie l'homme".

Jean-François Humbert : aucune consigne de vote.

Ismaël Boudjekada: Jacques Grosperrin, qui "n'a jamais porté le moindre jugement de valeur vis-à-vis des représentants de notre liste indépendante, allant jusqu'à féliciter et encourager à plusieurs reprises la démarche".

Nicole Friess : non communiqué

Apolline Trioulaire : non communiqué

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.23
légère pluie
le 15/04 à 21h00
Vent
8.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %