Radicalisation : interdiction de sortie du territoire pour un mineur de Haute-Saône

Publié le 27/09/2015 - 18:47
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:06

Suite au signalement de la mère d'un collégien sur la plateforme d'alerte "stop djihadisme", la préfecture de Haute-Saône a pris ce vendredi 25 septembre 2015  un arrêté d'interdiction de sortie du territoire.

 ©
©

Cette mesure préventive a été prise après l'alerte des parents d'un collégien psychologiquement fragile et qui aurait été radicalisé via internet et une messagerie électronique. La mère du collégien aurait constaté des changements de comportements. Les enquêteurs ont confirmé que le collégien, suivi par un psychiatre, était effectivement en voie de radicalisation.

La préfecture de Haute-Saône déclare ne pas vouloir stigmatiser le collégien en question et rappelle à la vigilance en cas de changement brusque de comportement. 

PRÉVENTION ET SIGNES D’ALERTE

Les comportements suivants peuvent être les signes qu’un processus de radicalisation est en marche. Plus ils sont nombreux, plus ils doivent alerter la famille et l’entourage.

  • rupture avec la famille, les anciens amis, éloignement de ses proches ;
  • rupture avec l’école, déscolarisation soudaine 
  • nouveaux comportements dans les domaines suivants : alimentaire ; vestimentaire ; linguistique ;  financier ;
  • changements de comportements identitaires : propos asociaux ; rejet de l’autorité ; rejet de la vie en collectivité ;
  • repli sur soi ;
  • fréquentation de sites Internet et des réseaux sociaux à caractère radical ou extrémiste ;
  • allusion à la fin des temps.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Religion

Confinement et absence de quêtes : une perte de plusieurs milliers d’euros pour le Diocèse de Besançon

Fermées lors du premier confinement et une grande partie du second, les églises ont subi de lourdes pertes financières suite à l'absence de quêtes. En France, on estime à plus de 60 millions d'euros de préjudice cette année. Le Diocèse de Besançon, malgré plusieurs généreux donateurs, a lui aussi été impacté à hauteur de plusieurs milliers d'euros, explique Monseigneur Jean-Luc Bouilleret ce mardi 22 décembre.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.32
légère pluie
le 24/06 à 0h00
Vent
0.69 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
100 %

Sondage