Reconstitution du crime du bar "Le Saphir"

Publié le 20/02/2013 - 18:58
Mis à jour le 21/02/2013 - 12:37

En mai 2011,  une soirée alcoolisée se soldait par le décès d’un client du bar « Le Saphir », rue de Dole à Besançon. Le gérant, accusé d’avoir tué son ami, a participé, ce mercredi 20 février à la reconstitution des faits.

 ©
©

Le 14 mai 2011, à l'aube, une dispute explose entre le patron du bar "Le Saphir" et un de ses clients, un homme de 62 ans réputé être un joueur de poker invétéré. Le gérant, âgé de 46 ans, s'empare d'un couteau blesse mortellement son ami, la lame sectionnant une artère au niveau de la clavicule.

Prenant conscience de la gravité de son acte, le quadragénaire appelle les secours. Trop tard pour sauver la victime d'une importante hémorragie.

L'agresseur, qui avait entre 2,5 et 3 grammes d'alcool par litre de sang au moment du drame, a ensuite été mis en examen pour homicide volontaire et incarcéré. D'après ses déclarations, constantes depuis le début de l'enquête, la victime se serait empalée sur l'arme. Il réfute avoir eu l'intention de la tuer.

Mauvais coup ou empalement ?

La reconstitution menée ce mercredi ce 20 février après-midi devait notamment permettre à la juge d'instruction de voir si cette version est crédible ou si l'accusé a, au contraire, "porté" un coup au sexagénaire.

Le mis en cause participait libre à cette reconstitution. Incarcéré dans un premier temps, son avocat, Me Jérôme Pichoff, avait obtenu sa libération conditionnelle en avril 2012.

Les enquêteurs de la sûreté départementale, un médecin légiste et un expert en morphoanalyse, présent pour examiner la forme et la distribution des traces de sang, ainsi que les avocats des deux parties, Me Pichoff pour l'accusé et Me Schwerdorffer pour la famille de la victime, étaient présents lors de la reconstitution qui a durée 3H.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Fromagerie Mulin : le juge des référés maintient la consignation d’1.5 million d’euros

Le 22 novembre 2023, la société Mulin a demandé au tribunal l'annulation de l'arrêté préfectoral la rendant redevable d'une somme d'1.5 million d'euros consignée et destinée à financer la mise aux normes de sa station d'épuration. Le tribunal administratif de Besançon a finalement tranché et ne s'opposera pas à l'arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.17
légère pluie
le 22/02 à 12h00
Vent
9.21 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
85 %