Régionales: le feuilleton fratricide entre Joyandet et Humbert

Publié le 18/01/2010 - 13:47
Mis à jour le 18/01/2010 - 13:47

A deux mois du scrutin régional, il n’y a plus aucune chance que les deux hommes se retrouvent pour éviter deux listes à droite. Ce qui fragilise la position du secrétaire d’Etat franc-comtois.

 ©
©
Depuis le 17 octobre 2009, date à laquelle Jean-François Humbert a annoncé sa candidature aux régionales « en homme libre et indépendant », l’UMP vit avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ayant rapidement pris la mesure du danger encouru, Alain Joyandet, candidat officiel de la droite, a tout fait pour éviter la dissidence du sénateur Humbert. « S’il n’en reste qu’un, je lui tendrai la main… », avait insisté le secrétaire d’Etat.
 
Fin novembre, Alain Joyandet pensait avoir atteint son objectif en annonçant lors de la présentation des quatre têtes de liste UMP qu’il devait rencontrer l’ancien président du conseil régional le lendemain dans un endroit tenu secret. Mal lui en a pris car Jean-François Humbert lui a posé un lapin. Sur sont site, ce dernier avait dès la veille qualifié l’initiative du secrétaire d’Etat de «stérile et d’inutile». «Enfin du moment que ça mousse… », avait-il poursuivi en précisant qu’il sera « le premier à ne pas saisir sa chance » en écho au slogan de l’UMP « Franche-Comté saisis ta chance ».
 
Difficile dans ce contexte de renouveler toute tentative de rapprochement. Alain Joyandet a compris qu’il n’y avait plus rien à envisager. «Avec Jean-François Humbert, je ne peux plus rien faire », a-t-il avoué récemment dans une interview à la Presse Bisontine. « J’ai fait cinq heures de route pour aller le voir, il n’est pas venu au rendez-vous, sans prévenir. A un moment donné, il faut que j’avance. Nous avons préparé une vraie liste de rassemblement, nous sommes dans une stratégie de premier tour. Ensuite nous serons ouverts à fusionner le cas échéant avec le Modem, une partie des écologistes pourquoi pas, mais c’est tout. Le sens d’une fusion entre les deux tours, c’est la complémentarité. Maintenant, si on perd de deux points au second, on pourra toujours trouver un responsable…».
 
Une petite phrase qui a le mérite de la clarté et qui laisse entrevoir sans ambiguïté la hantise de l’échec éprouvée par le candidat de l’UMP à la suite de l’insistance du sénateur Humbert à faire cavalier seul. La réaction de ce dernier est révélatrice du fossé qui existe désormais entre les deux hommes. Tout récemment il a écrit sur son site que le candidat Joyandet n’a pas tout fait à son égard. «Il n’a pas essayé le respect ou tout simplement la considération que l’on porte à un interlocuteur même si on ne partage pas son rang social, ses idées».
 
Seul espoir désormais pour Alain Joyandet : que Jean-François Humbert ne trouve pas les 50 compagnons de route nécessaires pour constituer les quatre listes départementales.
 
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.89
couvert
le 03/03 à 3h00
Vent
1.77 m/s
Pression
999 hPa
Humidité
86 %