Religieuses franc-comtoises disparues en Argentine: Astiz condamné à la perpétuité

Publié le 27/10/2011 - 07:54
Mis à jour le 27/10/2011 - 18:19

Au terme d'un procès de deux ans, l'ex-officier de marine Alfredo Astiz a été condamné mercredi à Buenos Aires à la prison à perpétuité pour son rôle dans la disparition de deux religieuses franc-comtoises originaires du Doubs pendant la dictature argentine (1976-1983). 

1305090668.jpg
Les deux religieuses étaient originaires du Haut-Doubs @dr

EPILOGUE

Alfredo Astiz, 59 ans, était accusé d'avoir participé à l'enlèvement des religieuses françaises Alice Domon, née à Charquemont en 1937, et Léonie Duquet, née en 1916 à Longemaison, les 8 et 10 décembre 1977 à l'Ecole de Mécanique de la Marine, alors qu'il était membre du groupe 3.3.2, responsable d'enlèvements, de tortures et de disparitions.

"La justice est la base de la démocratie", a dit Geneviève Jeaningros, nièce de Loénie Duquet, venue en Argentine pour assister au verdict. "Tous ceux qui ont donné leur vie ne l'ont pas fait en vain", a-t-elle ajouté. "A-ssa-ssins ! A-ssa-ssins !", pouvait-on entendre chez les proches des victimes, tandis que les parents des militaires chantaient l'hymne argentin.

"Nous arrivons, après 34 ans, au bout du chemin avec les familles qui ont tenu bon et pourront, après les condamnations, entamer enfin leur deuil", a déclaré Horacio Mendez Carreras, avocat des familles des religieuses françaises.

La répression en Argentine a fait 30.000 disparus, dont 18 Français, selon les organisations de défense de droits de l'Homme.

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Narumi : le suspect interrogé dans la chambre de l’étudiante

Nicolas Zepeda, Chilien de 29 ans soupçonné d'avoir tué son ex-petite amie en 2016 à Besançon (Doubs), l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, a été interrogé ce mercredi 21 octobre 2020 sur le campus universitaire pour "confronter ses déclarations à la réalité des lieux", a annoncé dans la soirée le parquet de Besançon à l'AFP.

Disparition d’Estelle Mouzin : Monique Olivier confirme l’implication de Fourniret

Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés, jeudi 15 octobre 2020 au soir, pour une reconstitution, à Guermantes, commune de Seine-et-Marne, sur les lieux où le tueur en série est accusé d'avoir kidnappé en 2003 Estelle Mouzin, alors âgée de 9 ans, avant de la séquestrer puis de la tuer. L'avocat du père d'Estelle Mouzin a révélé, à l'issue de cette reconstitution de six heures, que Monique Oliver, ex-épouse de Michel Fourniret, a confirmé « l'implication » du tueur en série dans la disparition de sa fille.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.65
nuageux
le 24/10 à 6h00
Vent
2.97 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
97 %

Sondage