Alerte Témoin

Rentrée scolaire 2017 : les quatre priorités de l'Inspection académique du Doubs

Publié le 08/03/2017 - 10:20
Mis à jour le 08/03/2017 - 18:48

Suite au Conseil départemental de l'Éducation nationale (CDEN) de ce lundi 6 mars 2017, quatre priorités ont été décidées pour la rentrée 2017 ainsi que les ouvertures et fermetures de classes et d'écoles. Un second et dernier CDEN se déroulera fin juin pour les derniers "ajustements". 

img_6134.jpg
Jean-Marie Renault, directeur de l'Inspection académique du Doubs ©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

L'académie de Besançon comptera 35 postes supplémentaires que le recteur répartira dans les quatre départements. Dans le Doubs, 17 postes sur les 35 seront déployés "alors qu'il y aura 272 élèves en moins dans le département à la rentrée 2017", précise Jean-Marie Renault, directeur de l'Inspection académique de Besançon. (Jura : +4 postes, Haute-Saône : +6, Territoire de Belfort : +8) 

Les quatre priorités, présentées en CDEN sont : 

Priorité 1 : "La poursuite de la mise en œuvre des mesures pour l'école" (selon la loi d'orientation et de programmation)

Quatre dispositifs "Plus de maîtres que de classes" supplémentaires

1,5 poste pour l'accueil des enfants de moins de 3 ans (niveau départemental élevé en éducation populaire, mais un besoin de s'adresser à des familles plus éloignées de l'école par des expérimentations qualitatives, dont les trois projets de dispositifs "passerelles" et la mise en place de classes dédiées).

Priorité 2 : Le renforcement du remplacement 

"Je souhaite pouvoir améliorer le taux de remplacements et développer la formation des enseignants. Et pour qu'ils soient disponibles pour suivre des formations, ils doivent être remplacés", souligne Jean-Marie Renault.

L'Inspection académique souhaite également poursuivre le déploiement de l'apprentissage de l'Allemand à l'école primaire, notamment en lien avec l'ouverture de classes bilangues de continuité en collège. Pour cela, 27 postes de remplacement sont prévus dès la rentrée 2017. 

Priorité 3 : "La mise en œuvre du protocole Ruralité" 

"L'objectif est d'améliorer l'offre scolaire et périscolaire dans les territoires ruraux", indique l'Inspecteur académique du Doubs. Il évoque également un "émiettement des réseaux d'école avec des sites à une classe : il est difficile de travailler en équipe lorsqu'il y a qu'une seule classe et un unique enseignant. Il s'agit donc de mieux équiper l'école en regroupant les classes en respectant les temps de l'enfant et des temps de transport et ces limites, nous les examinons avec les élus locaux".

Pour la mise en œuvre de cela, six postes équivalent temps plein sont maintenus. Il sera également possible d'obtenir un abonnement de moyens du ministère pour financer tout ou partie de ce surcoût, sous condition de la production d'une convention ou d'un protocole Ruralité avec 5 postes en équivalent temps plein.

Priorité 4 : "La poursuite de l'effort d'accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers"

Jean-Marie Renault annonce 2 ULIS (unités localisées pour l'inclusion scolaire) dans le premier degré (1 à l'école de Doubs et 1 à l'école de Valdahon) "sous réserve des accords des élus". S'ajoutent 2 IME (instituts médico-éducatifs) et d'un poste IMP (indemnité pour mission particulière).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Harcèlement au collège Xavier-Marmier : « nous demandons au rectorat de revenir sur sa décision » (collectif AED)

Après la "journée blanche" de jeudi pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, le collectif AED Besançon (assistant d'éducation) a souhaité réagir ce vendredi 21 février 2020 suite "aux propos tenus par les représentants du rectorat".

« Journée blanche » dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Mise à jour ce 21 février 2020 • Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

Collège Diderot : le recteur maintiendra « en partie » les moyens alloués aux enseignants référents

Après une opération "collège mort" lundi, puis une journée de grève ce mardi, au collège Diderot à Besançon, le recteur de l'académie a convoqué la presse mardi 18 février pour y répondre et annoncer le maintien "en partie" des moyens dans cet établissement du réseau d'éducation prioritaire (REP+).

Planoise : « Collège Mort » à Diderot

Les parents n'ont pas envoyé leurs enfants au collège Diderot lundi 17 février 2020 à Besançon pour protester contre la perte des postes d'enseignants référents en éducation prioritaire renforcée (Rep+) de Planoise. Mardi, ce sont les enseignants qui seront en grève avant une marche dans les rues du quartier en fin de journée. Dans le Doubs, la baisse des moyens dans les secteurs sensibles provoque également la grogne à l'école Mandela de Bethoncourt et au Collège Lou Blazer de Montbéliard.

Baisse des dotations horaires au collège Diderot : Anne Vignot apporte son soutien au personnel

Comme nous le dénonçait le Snes FSU dans un article en date du 6 février dernier, les moyens vont baisser pour la rentrée 2020 dans les collèges et lycée. Ce 16 février 2020, Anne Vignot, candidate à l'élection municipale de Besançon, souhaite apporter son soutien aux personnels du collège Diderot.

Orientation : programme 2020 des portes ouvertes des collèges, lycées et universités en Franche-Comté…

Futurs collégiens, lycéens et étudiants doivent penser à leur avenir notamment en visitant des établissements et choisir celui qu'ils considèreront comme le meilleur… Voici le calendrier 2020 des portes ouvertes en Franche-Comté. De nombreux rendez-vous sont au programme ce samedi 15 février 2020.

« Mise à pied » d’un professeur à Dole : une mobilisation prévue mardi 18 février

Le syndicat CGT du lycée Duhamel de Dole a tenu alerter l'opinion publique le 12 février 2020  dans le cadre de la "mise à pied" d'un professeur suite à sa "participation à la contestation des épreuves d'E3C". Les organisations syndicales, SNES-FSU, Snuep-FSU, CGT Educ’Action, SUD Education, Unsa Education et SNFOLC se mobiliseront le mardi 18 février à partir de 11h45 Avenue Charles Laurent Thouverey à Dole. Pour rappel,  Une pétition a été mise en ligne.