Report des Régionales : des élus d’opposition du Conseil Régional de Franche-Comté réagissent

Publié le 06/05/2014 - 15:56
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:59

A l’annonce par François Hollande ce mardi 6 mai 2014 d’un éventuel report des élections régionales de 2015 à 2016, le Groupe UMP, Nouveau Centre et Divers Droite au Conseil régional de Franche-Comté, présidé par l'élu luxovien Stéphane Kroemer, n’a pas tardé à réagir dans un communiqué intitulé "Courage, fuyons".  

2014-05-06_stephane_kroemer.jpg
Stéphane Kroemer ©www.kroemer.fr

« Courage, fuyons »

PUBLICITÉ

Le communiqué du Groupe UMP, Nouveau Centre et Divers Droite au Conseil régional de Franche-Comté

 
« Courage, fuyons

Ce matin, c’est un François Hollande à 18% de matière grise qui est sorti de son Palais pour se confronter à Jean-Jacques Bourdin et aux Français. 
 
Outre les effets de manche habituels, le chef de l’Etat s’est prononcé à demi-mots pour un report des élections régionales en 2016. 
 
Raison invoquée : le futur redécoupage régional voulu par « Moi Président » doit être mis en place avant toute nouvelle élection, dans un souci de clarté. 
  
Raison inavouable : après la dégelée des municipales, en attendant la future raclée Européenne, les socialistes et leurs alliés veulent jouer la montre pour pouvoir conserver leurs trônes régionaux un peu plus longtemps. 
 
Bonjour déni de démocratie, au revoir « Moi Président » concertateur. 
 
Avec l’obligation légale d’observer un délai d’un an entre modification des circonscriptions et élections, un report du scrutin à 2016 ne laisserait, quoiqu’il en soit, que 10 mois pour expédier le débat et bien bâcler le travail.
 
En réalité, des élections maintenues en 2015 permettraient un véritable débat public pendant la campagne, puis laisseraient deux ans aux nouvelles majorités pour mettre en œuvre de manière concertée les rapprochements régionaux, avant le coup de hache de Manuel Valls en 2017. 
 
Mais voilà, c’est sans compter sur la couardise de François Hollande et la lâcheté de sa majorité face à une expression démocratique dont le résultat ne leur conviendrait pas.« 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.51
couvert
le 18/07 à 15h00
Vent
2.91 m/s
Pression
1014.05 hPa
Humidité
43 %

Sondage