Retrait de l’université de Bourgogne de l’UBFC : GBM dénonce "une perte de temps délétère"

Publié le 08/09/2022 - 07:45
Mis à jour le 08/09/2022 - 08:43

Plus tôt dans la semaine, l'Université de Bourgogne a acté sa décision de se retirer de l'UBFC. Ce mercredi 7 septembre, le Grand Besançon Métropole a souhaité réagir avec le Grand Belfort, le Pays de Montbéliard Agglomération et la Communauté d’agglomération de Vesoul en co-signant un communiqué intitulé "UBFC : une perte de temps délétère pour l’enseignement supérieur et la recherche".

 © D Poirier
© D Poirier

"Au moment où les collectivités de Franche-Comté investissent massivement dans l’enseignement supérieur régional, l’université de Bourgogne décide unilatéralement de démanteler l’écosystème de l’ESR de la Bourgogne Franche-Comté.

Ce n’est pas faute d’avoir alerté, nous les collectivités, sur le fait que l’exigence de l’uB de "bi-site" n’était qu’un alibi pour se défaire de son engagement dans UBFC.

Ceux d’entre nous qui siégeons au CA d’UBFC l’avaient dénoncé dès l’évaluation de l’ISITE en 2020. D’ailleurs l’UBFC l’a perdu pour des questions de gouvernance alors qu’il constituait une opportunité et une reconnaissance de la qualité internationale de notre recherche.

Nous remercions l’État d’avoir aujourd’hui statué sur l’impossibilité juridique d’un "bi-site", ainsi que d’avoir entériné à nouveau les accords sur les équilibres territoriaux de la réforme de 2015.

"Il est maintenant urgent de se mettre autour de la table"

En 2020, nous avions fondé l’espoir qu’avec les changements d’exécutifs, nous allions entrer dans une période constructive. Vincent Thomas, dès les premiers mois de son mandat de président à l’université de Bourgogne, le balayait d’un trait.

Il n’est pas question, dans un monde qui se transforme rapidement, d’attendre l’échéance de 2024 (fin du conventionnement) pour connaître l’avenir de l’ESR, d’autant que nous sommes spectateurs depuis 2016 d’une guerre fratricide.

Il est maintenant urgent que les acteurs de l’ESR régional, avec les collectivités et l’Etat, se mettent autour de la table, pour l’avenir de la recherche et la formation de nos étudiants.

Anne Vignot (présidente du Grand Besançon Métropole), Damien Meslot (président du Grand Belfort), Charles Demouge (président du Pays de Montbéliard Agglomération) et Alain Chrétien (président de la Communauté d’agglomération de Vesoul)"

1 Commentaire

Seulement l'université ? Le reste de la région Bourgogne aura-t'il aussi l'idée de rendre son indépendance à la Franche-Comté ?
Publié le 9 septembre à 06h47 par grlulu • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Education

Filière odontologie en Bourgogne-Franche-Comté : les premiers étudiants ont fait leur rentrée 

Cinquante-six étudiants en odontologie ont fait leur rentrée à Dijon et Besançon, les deux sites de la nouvelle formation proposée pour la première fois dans la région. C’est la concrétisation d’un travail partenarial engagé depuis plusieurs années par les acteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la santé en Bourgogne-Franche-Comté ainsi que trois collectivités territoriales (Région Bourgogne- Franche-Comté, Grand Besançon Métropole et Dijon métropole) réunis au sein d’un comité de pilotage.

L’université de Franche-comté souhaite la bienvenue à ses étudiants

Du 12 au 15 septembre, l'Université de Franche-Comté célèbre la rentrée en présentant ses services, associations et partenaires à ses nouveaux et actuels étudiants. Plusieurs animations réparties sur les différents sites universitaires de Besançon ont en ce moment lieu avec comme point d'orgue un concert de clôture à la Gare d'eau le jeudi 15 septembre.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 21
ciel dégagé
le 05/10 à 12h00
Vent
5.61 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
69 %

Sondage