Alerte Témoin

Ruralité : Hollande a voulu voir Vesoul

Publié le 14/09/2015 - 16:29
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:26

Le président de la République accompagné de 12 ministres a présidé le comité interministériel aux ruralités ce lundi 14 septembre 2015 en Haute-Saône. Entre visites d'entreprise et bains de foule, ce déplacement la ruralité à trois mois des élections régionales.


Discours lors du comité interministériel aux... par elysee

Retour sur la visite présidentielle

François Hollande et Manuel Valls ont présidé ce lundi en Haute-Saône "un comité interministériel aux ruralités", l'occasion d'envoyer des signaux avant les Régionales des 13 et 20 décembre prochain.  Ce déplacement en grande pompe a pris des airs de campagne électorale avant l'heure, le chef de l'État et le Premier ministre se livrant ainsi à un bain de foule en arrivant à Vesoul.

Le comité interministériel aux ruralités est le deuxième, six mois après celui organisé le 13 mars à Laon (Aisne), qui avait lui-même été précédé d'Assises de la ruralité. La vingtaine de mesures qui doivent être annoncées viennent en complément des 46 annoncées à Laon. Elles concernent notamment l'objectif d'un hôpital à moins de 30 minutes pour tous sur l'ensemble du territoire, le prêt logement à taux zéro, et des investissements pour lutter contre la fracture numérique, a indiqué un conseiller de François Hollande. Selon l'Élysée, "tout cela s'inscrit dans une démarche au long cours", mais qui "doit être amplifiée".

Le choix de la Haute-Saône, département de 280 000 habitants où l'industrie représente 26 % de l'emploi, est un exemple de "territoire rural dynamique" souligne-t-on à Matignon. L'usine de pièces détachées de PSA à Vesoul emploie notamment 3 000 personnes. Politiquement, le département, dirigé depuis 2001 par le socialiste Yves Krattinger, a résisté à la Berezina de la majorité aux départementales de mars dernier. Il est le seul des quatre départements de l'ex-région Franche-Comté, à ne pas avoir basculé à droite.

La crise agricole au cœur de la problématique des zones rurales

La crise agricole s'est elle aussi invitée dans ce déplacement. À leur arrivée dès le matin, le président, le chef du gouvernement et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll ont ainsi écouté les doléances des responsables des Jeunes Agriculteurs, de la Fédération départementale des producteurs de lait de Haute-Saône (FDPL) et de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de Haute-Saône. "Nous lui avons notamment expliqué que les normes européennes et françaises étaient trop lourdes pour nos exploitations", a indiqué Sylvain Crucerey, président de la FDSEA.

Les représentants des trois syndicats ont par ailleurs demandé que la Haute-Saône reste classée "zone défavorisée simple" à l'issue des discussions européennes prévues en 2018, ce qui permet aux agriculteurs de toucher des "indemnités compensatoires de handicaps naturels" à hauteur de quelque 6 millions d'euros pour la Haute-Saône. À Vesoul, tenus à bonne distance du convoi présidentiel, quelque 150 militants de la Confédération paysanne et de la CGT ont pour leur part manifesté.

Visite des meubles Parisot

Après la rencontre, François Hollande et Manuel Valls ont visité, à Saint-Loup-sur-Semouse, le siège du groupe Parisot, numéro un français de fabrication de meubles en kit. L'entreprise créée en 1936 par Jacques Parisot, grand-père de l'ex-présidente du Medef Laurence Parisot, a été reprise en 2014 par dix cadres historiques et un actionnaire de référence, François-Denis Poitrinal. La société (127 millions d'euros de CA en 2014), qui emploie aujourd'hui 1 800 salariés sur trois sites en France ainsi que deux en Roumanie, commercialise ses produits dans 70 pays. Elle est lancée dans un programme de 19 millions d'euros d'investissement.

Dans le même temps, les dix ministres accompagnant les chefs de l'exécutif pour ce comité interministériel décentralisé se sont dispersés dans plusieurs sites, en fonction de leurs compétences.

A trois mois des régionales

À trois mois d'élections régionales à haut risque pour la majorité, le chef de l'État poursuit en Haute-Saône ses déplacements tous azimuts en province. Vendredi encore, il sillonnait le terrain en Indre-et-Loire et Loir-et-Cher. François Hollande, qui a également rencontré des élus du département, a expliqué le but de sa visite : "Montrer notre attention aux territoires ruraux" et "répondre aux inquiétudes" en particulier sur la présence des services publics et l'emploi. "Nous sommes pleinement dans un territoire qui doit être solidaire, je refuse les oppositions entre les villes et les campagnes, les métropoles et les territoires ruraux. C'est ensemble que nous devons engager l'avenir et c'est le sens de la réforme territoriale que nous avons engagée", a-t-il ajouté.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

La voiture d’Eric Alauzet, prise pour cible par un groupuscule anarchiste à Besançon

Le député La République en marche et candidat à l'élection municipale de Besançon Eric Alauzet, a été la cible d'un acte de vandalisme dans la nuit de vendredi 29 au samedi 30 mai 2020. De nombreuses réactions en soutien à l'élu ont été publiées sur les réseaux sociaux, notamment de la part de ses rivaux au second tour.

Le marcheur Collomb s’allie aux Républicains à Lyon : de quoi donner des idées à Besançon ?

Le maire de Lyon et ex-ministre de l'Intérieur décide de s'allier avec François-Noël Buffet, le candidat LR. Un retrait des élections métropolitaines de Lyon pour faire barrage aux écologistes.. En échange le LR Étienne Blanc, proche de Wauquiez, laisse la tête de liste à la mairie de Lyon à Yann Cucherat, protégé de Gérard Collomb. Une situation inédite en Macronie.

Le plan Ségur inclut « tout le monde », y compris les ambulanciers, selon Olivier Véran

"Tout le monde est inclus" dans le plan Ségur, y compris les ambulanciers, a assuré vendredi 29 mai 2020 le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, dans une réponse aux manifestations d'hospitaliers qui réclament depuis plusieurs semaines des hausses de salaires pour l'ensemble des quelque 100 professions du secteur.

« La Bourgogne-Franche-Comté repasse en vert, une décision majeure pour l’économie régionale » (M-G Dufay)

Le Premier ministre a annoncé que la région Bourgogne-Franche-Comté sera classée parmi les zones “vertes” à partir du 2 juin.  Pour la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, "il s’agit d’une décision d’une importance majeure pour le territoire. Le classement en zone rouge de la Bourgogne-Franche-Comté depuis le 7 mai constituait un véritable handicap pour l’économie régionale et l’attractivité du territoire. Selon les données publiées par Santé Publique France, le gouvernement n’avait d'autres choix que de lever ces conditions restrictives, au risque d’installer durablement la situation d’une France à deux vitesses."

Un groupe politique « Ensemble ! » s’invitera au conseil municipal de Besançon

Lors du prochain conseil municipal de Besançon qui se déroulera le 8 juin 2020, un nouveau groupe politique sera présent à la demande de quatre membres du conseil municipal. Il s'agira du groupe Ensemble !, le parti politique menée par Alexandra Cordier, candidate en lice lors du 1er tour de l'élection municipale bisontine ayant récolté moins de 4,75% des suffrages.

Isabelle Guillame, la première femme élue maire à Ornans

Le conseil municipal d’installation s’est tenu lundi 25 mai à 19h au Centre d'Animation et de Loisirs d'Ornans. Isabelle Guillame a été élue maire d’Ornans avec 22 votes pour, 3 votes nuls et 2 votes blancs. La première femme élue maire d’Ornans a exprimé lors de son allocution une ambition collective "innovante, ancrée dans le quotidien, imaginative, inventive, apte à répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain [...]". Elle a également rappelé le rôle central de l’élu pour la vie locale et le bien-être des concitoyens.

Ludovic Fagaut : « Cette pandémie, inédite dans notre histoire moderne, implique inévitablement une remise en question de nos modèles »

Le Premier ministre a annoncé ce vendredi 22 mai la date du second tour des élections municipales fixée, pour le moment, le 28 juin. Nous avons demandé aux trois candidats en lice au second tour à Besançon leur opinion sur cette date, mais aussi ce qu'ils ont fait pendant le confinement en vue de l'élection. Après Anne Vignot et Eric Alauzet, voici les réponses de Ludovic Fagaut...
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.36
ciel dégagé
le 01/06 à 0h00
Vent
2.76 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
63 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune