Rythmes scolaires: à Chalon-sur-Saône le maire UMP remet en question le projet de l’ancienne municipalité

Publié le 28/06/2014 - 15:04
Mis à jour le 16/04/2019 - 15:31

Gilles Platret, le nouveau maire UMP de Chalon-sur-Saône en Saône-et-Loire, a indiqué vendredi 27 juin 2014 que 3.000 familles ayant des enfants scolarisés seront consultées lundi 30 juin sur la mise en place des rythmes scolaires à la rentrée. Or, pour l'inspecteur d'académie de Saône-et-Loire François-Marie Perrin, le projet préparé par l'ancienne municipalité socialiste devrait être appliqué à la rentrée.

les parents consultés

PUBLICITÉ
Maire de Chalon-sur-Saône depuis mars, M. Platret avait réclamé au préfet de Saône-et-Loire un « moratoire » afin d’appliquer la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2015, qui lui avait été refusé. L’élu a déclaré avoir aussi demandé  de pouvoir bénéficier de l’assouplissement de la réforme, ce qu’a contesté l’inspecteur d’académie de Saône-et-Loire François-Marie Perrin.
  
La consultation des familles organisée lundi par la municipalité dans les accueils périscolaires de la ville donnera le choix entre la répartition des activités péri-scolaires sur quatre demi-journées ou le regroupement de ces activités sur une demi-journée. « Le choix des familles sera défendu par la municipalité« , a dit M. Platret, estimant que le regroupement sur une demi-journée engendrerait « une dépense moindre de 100.000 euros » pour la ville.
 
L’inspecteur d’académie de Saône-et-Loire a assuré que la municipalité de Chalon-sur-Saône avait « dépassé les délais » pour pouvoir bénéficier d’un assouplissement. « Techniquement le maire ne peut plus rien et humainement et socialement, on ne peut pas laisser les familles et les enseignants dans une situation difficile à quelques jours de la sortie scolaire« , a-t-il estimé. Pour M. Perrin, le projet de rythmes scolaires, préparé par l’ancienne municipalité socialiste, devrait être appliqué à la rentrée.
 
En Saône-et-Loire, 35 communes vont bénéficier de l’expérimentation permettant de regrouper les activités périscolaires sur une demi-journée.
 
Par ailleurs, à Beaune (Côte-d’Or), le député-maire UMP s’est ému sur sa page Facebook de s’être vu refuser cet assouplissement. « Le recteur confirme qu’il juge que placer des enfants en garderie est un meilleur projet pédagogique et d’épanouissement des élèves, que celui d’offrir 3 heures d’activités péri-éducatives en collaboration avec des agents de qualité et en lien avec les associations locales« , a-t-il fustigé dans son message.
 
La directrice académique des services de l’Education nationale, Evelyne Greusard a précisé au cours d’un point presse que le refus du recteur pour Beaune résultait de l’avis « défavorable » émis par les conseils d’école. En Côte-d’Or, 50 communes bénéficieront de l’assouplissement de la réforme sur les 64 demandes d’expérimentation reçues, a ajouté Mme Greusard.
  
(source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Un dispositif spécial mis en place par la SNCF pour le baccalauréat 

Un dispositif spécial mis en place par la SNCF pour le baccalauréat 

Du 17 au 24 juin 2019, une série d'examens se déroulera en France. À la demande du Conseil Régional la SNCF TER Bourgogne-Franche-Comté met en place le dispositif d'alerte "SNCF Special Exams". Une vigilance "accrue" sera portée sur la ponctualité de ces trains et en cas de retard une alerte sera envoyée aux académies.

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Des élèves d’Ornans présentent à Emmanuel Macron leurs productions sur Courbet

Après son discours et la visite de l'exposition "Yan Pei Ming face à Courbet", Emmanuel Macron a pris le temps de rencontrer une quinzaine d'élèves de l'école primaire Courbet et du collège Pierre Vernier d'Ornans qui ont pu lui présenter leurs travaux réalisés dans le cadre du bicentenaire de la naissance de Courbet.

Une classe du lycée Pergaud, premier prix du concours « Histoires en court »

Une classe du lycée Pergaud, premier prix du concours « Histoires en court »

Les élèves de 1èreES3 du Lycée Louis Pergaud à Besançon ont reçu la première place du concours régional « Histoire(s) en court » ce mercredi 5 juin 2019, pour leur court-métrage sur une figure régionale issue de l’immigration. Ils étaient en compétition avec une vingtaine d'autres établissements de toute la Bourgogne Franche-Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.34
ciel dégagé
le 17/06 à 3h00
Vent
2.1 m/s
Pression
1020.45 hPa
Humidité
95 %

Sondage