S. DANJOU, la marque de sacs faits main, créée par une Bisontine...

Publié le 15/12/2017 - 08:00
Mis à jour le 15/12/2017 - 08:03

Il y a quelques mois, au printemps 2017, Stéphanie Danjou, une Bisontine de 33 ans, lance sa marque de sacs et accessoires, S. DANJOU. Comment en est-elle arrivée là ? Quelles sont les particularités de la marque 100% made in France ? Nous lui avons posé nos questions…

Mail-interview

PUBLICITÉ

maCommune.info : Avez-vous suivi des études/formations… dans le domaine de la mode ?

Stéphanie Danjou : « Après des études scientifiques puis en Histoire de l’art à Besançon je suis parti étudier le design de mode à la Haute École d’art et de Design de Genève (HEAD).

Diplômée en 2009 j’ai reçu le premier prix de l’Ethical fashion design Award de Genève grâce à mon projet de fin d’études. Ma collection de vêtements et accessoires pour femme s’inspirait du vestiaire masculin. Conçue et réalisée dans un souci éthique, elle utilisait des matières naturelles écologiques et des accessoires recyclés. »

mC : Vous avez passé plusieurs années à l’étranger : où êtes-vous allée et qu’y avez-vous fait ?

S-D : « Diplôme en poche, je suis parti au Laos dans le cadre d’une mission supportée par l’ONU. J’y ai travaillé en collaboration avec des tisserands du sud pour développer une collection d’articles en soie tissé à la main grâce à des techniques traditionnelles. Cette première expérience professionnelle m’a comblée tant au niveau humain que professionnelle et a ouvert en moi l’envie de découvrir d’autres horizons.

Je suis donc partie sac au dos à la découverte d’autres pays, culture, art, artisanat, traditions, religions… autant de sources d’inspirations intarissables dans le domaine de la création (Laos, Thaïlande, Vietnam, Cambodge, Népal, Inde, Pérou, Bolivie, Europe de l’Est, Canada…)!

Après une année, j’ai décidé de poser mes valises pour un temps à Barcelone où j’ai travaillé pour le créateur espagnol Jose Castro, où j’ai beaucoup appris du métier (développement des collections, prototypage, création d’imprimés, cahiers de tendances, défilés, collaborations avec Desigual, Loewe, Gratacos, Tous etc.)

Ayant appris le métier de designer, j’ai voulu « retourner à la matière » et me former comme artisan aux techniques de sellerie-maroquinerie d’art.

Je suis rentrée aux sources et j’ai intégré l’Ecole Boudard à Montbéliard, CFA qui forme aux techniques de la maroquinerie de luxe. J’ai ensuite travaillé comme artisan maroquinier chez Hermès. »

mC : Quand et pourquoi avez-vous décidé de lancer votre marque/entreprise ?

S-D : « Le rêve de tout étudiant intégrant une école de mode est de créer sa propre marque et j’ai voulu tenter l’expérience 8 ans après avoir obtenu mon diplôme et après toutes ces expériences enrichissantes! J’y ai réfléchi et travaillé une année avant que la marque S.DANJOU ne voit le jour avec sa première collection en avril 2017.

Je disposai de plusieurs cordes à mon arc (designer et artisan) me permettant de travailler en toute autonomie et il m’a semblé que c’était le moment ou jamais de me lancer. J’ai donc mis à profit tous les enseignements des 8 dernières années, afin de créer et travailler selon mon propre univers artistique.

Imaginer et dessiner la collection, réaliser les patrons, concevoir et produire, faire la communication, le packaging, le site internet… »

mC : Que proposez-vous ?

S-D : « Des pièces numérotées, fabriquées à la main en France. Un design épuré, chic, contemporain et urbain pour des pièces à tendance unisexe. Des sacs aux multiples fonctionnalités, caméléons qui nous accompagnent au quotidien. Un étui tablette qui devient pochette de soirée, différents portés, un sac qui débarrassé de sa bandoulière devient pochette d’ordinateur, un cabas de course oversize qui peut finaliser une tenue de soirée…

Tous les matériaux de production proviennent d’entreprises de proximité aux savoir-faire de haute qualité. Les cuirs utilisés privilégient un tannage végétal à base d’écorces, de fruits, de racines, de feuilles. L’économie locale et l’environnement sont valorisés de la conception à la diffusion.

Pas de logo, juste un numéro.

Chaque pièce est identifiée par un numéro unique qui permet de situer le produit comme appartenant à un processus créatif loin de tout système de production de masse. Le premier chiffre identifie le modèle, le second la collection et le troisième l’exemplaire. Le nom de l’artisan est apposé en signature et témoigne de l’unicité d’une pièce réalisée à la main.

La production respecte l’héritage traditionnel de la maroquinerie française, gage d’une qualité d’excellence et d’un savoir-faire unique. La couture sellier main au fil de lin, le parage, le montage bord à bord, la finition des tranches à la cire d’abeille teintées et filetées à chaud… sont quelques-unes des techniques représentées. »

mC : Travaillez-vous seule ?

S-D : « Oui je travaille seul, mais heureusement des amis aux multiples talents sont venus ponctuellement me prêter main-forte, comme le photographe Yan Senez aussi originaire de Besançon, mais vivant et travaillant à Paris, ayant réaliser le shooting photo de la collection, et Alicia Surde Bisontine d’adoption aujourd’hui expatriée au Canada, passionnée de vidéo et photo ayant réalisé un petit reportage filmé de mon travail à l’atelier.

mC : Où et quand pouvons-nous trouver votre collection ?

S-D : « La collection est disponible, et il est possible de me passer commande sur mon site internet via la rubrique contact. Elle est aussi présentée à la boutique Square Design à Besançon depuis septembre.

Infos +

Suivre le travail de Stéphanie Danjou :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

« Vin Mille arômes » : une application bisontine distinguée au championnat national des mini-entreprises

Cinq mini-entreprises de Bourgogne Franche-Comté ont participé du 3 au 5 juillet 2019 à Lille au championnat national des mini-entreprises organisé par l'association "entreprendre pour apprendre". "Vin Mille Arômes", mini-entreprise de l’ECM de Besançon qui a créé une application d'accord mets-vins, a remporté le prix "champion national du numérique"

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Fermeture des magasins Tati : ceux Besançon et Dole sont concernés

Le site historique du boulevard Barbès à Paris sera bientôt le seul Tati en France, son propriétaire depuis deux ans ayant décidé de fondre l'enseigne dans sa quasi-totalité au sein de Gifi, avec au passage la fermeture de 13 autres magasins Tati en difficulté. Ceux de Besançon et Dole sont donc concernés.

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Pas de vacances pour le chantier du pôle Viotte

Le pôle tertiaire Viotte à Besançon prend toute son ampleur durant cet été 2019 sur le secteur Sud de l'éco quartier. Les bâtiments A1 à A 5 qui accueilleront 800 agents des services de l'État ont pris de la hauteur le long des voies ferrées et le bâtiment B de la région (200 agents) est en cours d'élévation en parallèle de la rue de la Viotte. À mi-parcours, visite du chantier avec Bernard Bletton, directeur général de la Sédia Bourgogne Franche-Comté et de Territoire 25.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.76
couvert
le 20/07 à 15h00
Vent
5.4 m/s
Pression
1014.2 hPa
Humidité
39 %

Sondage