"Santé mentale et psychiatrie" : des actions prévues dans les milieux ruraux du Doubs

Publié le 08/10/2020 - 17:39
Mis à jour le 08/10/2020 - 17:39

Le contrat territorial de santé mentale a été signé ce 8 octobre 2020 à Besançon par Pierre Pribile, directeur général de l’ARS, Marie-Laure Dalphin, conseillère départementale du Doubs et Annie Tourolle, directrice départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.

"Garantir des parcours de soins coordonnés et soutenus par une offre de psychiatrie accessible, diversifiée et de qualité" fait partie des grands axes de la feuille de route nationale "santé mentale et psychiatrie", précise l'ARS Bourgogne Franche-Comté.

Un diagnostic territorial, une série d’actions

Le contrat territorial de santé mentale du Doubs se fonde sur un diagnostic qui a permis d’identifier les principaux points de rupture (insuffisance de la prévention hors du territoire bisontin, faiblesse de l’offre en psychiatres libéraux en zones rurales, déficit de places en hôpitaux de jour en pédopsychiatrie où une structuration des urgences reste également à formaliser...)

Le plan d’actions intégré dans le contrat signé ce 8 octobre énonce une série d’actions et en particulier :

  • Déployer de nouvelles équipes mobiles psychiatrie-précarité (EMPP), notamment en zone rurale (Haut-Doubs), où un déploiement est acté pour 2021 ;
  • Renforcer les CMP (centres médico-psychologiques) : ces dispositifs, qui ont vocation à emmener le soin au plus près des populations, ont été ainsi renforcés sur les secteurs de Maîche et Valdahon avec une nouvelle antenne ouverte à Quingey ;
  • Elargir le périmètre de l’équipe mobile instaurant le lien dans le domaine de la prise en charge des adolescents (urgences, crise, travail en lien avec les équipes de l’aide sociale à l’enfance ou la MDPH...)
  • Développer les groupes d’entraide mutuelle (GEM) : des antennes rurales ont été créées à Baume- les-Dames et Valdahon, ainsi qu’un GEM pour les 18-25 ans à Besançon. La constitution d’un GEM à Morteau figure aussi au calendrier des projets 2021 ;
  • Mettre en place une équipe médico-sociale à destination des établissements et services médico- sociaux en difficulté pour recruter des compétences psychiatriques et leur permettre de disposer d’un appui aux soins, à la formation...
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.22
partiellement nuageux
le 19/04 à 21h00
Vent
0.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
100 %

Sondage