Saône-et-Loire : suspension d'un centre éducatif fermé dont le bail a expiré

Publié le 12/12/2018 - 18:00
Mis à jour le 12/12/2018 - 18:00

L'activité du centre éducatif fermé pour délinquants mineurs d'Autun, en Saône-et-Loire, dont le bail n'a pas été renouvelé par la mairie, sera suspendue à partir de vendredi dans l'attente d'un nouveau local, a-t-on appris ce mercredi 12 décembre 2018 de la Protection judiciaire de la  jeunesse (PJJ).

"Il n'y a plus de pensionnaire depuis septembre, nous avions commencé à freiner les placements à partir de juillet", a indiqué à l'AFP Christophe Millescamps, directeur interrégional de la PJJ, précisant que ses services "travaillent au déménagement de ce centre dédié aux jeunes de 13 à 16 ans".

De "graves dysfonctionnements"

Le maire (MoDem) d'Autun Vincent Chauvet avait annoncé en février l'intention de la ville, propriétaire des lieux, de ne pas renouveler le bail, qui expirait initialement le 30 juin, invoquant de "graves dysfonctionnements". Le délai avait toutefois été prolongé jusqu'au 14
décembre.

Un nombre "important" de fugues ?

La décision de la municipalité s'explique notamment par un "nombre important" de fugues, à l'origine de "troubles dans le voisinage", ou encore de travaux qu'il aurait fallu réaliser pour mettre le bâtiment aux normes, a précisé M. Chauvet mercredi.

Mis en vente, cet ancien centre aéré devrait devenir un hébergement touristique. Le CEF pourrait rouvrir au domaine de Montlaville à Chardonnay, commune de 200 habitants dans le même département, vendu en novembre à La Sauvegarde 71, association gestionnaire de l'établissement, selon Paul Perre, le maire de la commune.

La population, comme les élus, sont vent debout contre ce projet, précise M. Perre, qui déplore une vente entre particuliers "dans le dos" de la municipalité. Il aurait notamment préféré un destin touristique pour cette "très belle demeure (...) dans un village viticole reconnu dans le monde entier".

L'élu craint aussi les problèmes de voisinage avec un établissement situé "en centre bourg" et trouve que le lieu, qui accueillait autrefois 80 enfants en centre de vacances, n'est pas adapté pour héberger moins d'une quinzaine de jeunes.

Contactée par l'AFP, l'association La Sauvegarde 71 n'a pas souhaité s'exprimer sur ce dossier. Le projet actuel de réforme de la justice des mineurs prévoit notamment la
création de vingt nouveaux CEF en France portant leur nombre à 72.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.54
couvert
le 05/12 à 0h00
Vent
1.76 m/s
Pression
993 hPa
Humidité
96 %

Sondage