Sénat : le groupe LREM garde son président Patriat mais change de nom

Publié le 01/10/2020 - 14:44
Mis à jour le 01/10/2020 - 14:44

Le sénateur de Côte-d’Or François Patriat, proche d’Emmanuel Macron, a été réélu jeudi président du groupe LREM qui change de nom pour « marquer l’élargissement et le rassemblement de la majorité présidentielle au Sénat », a annoncé le groupe.

 © D Poirier
© D Poirier

Tous les groupes ont désormais leur président: Bruno Retailleau (LR), Hervé Marseille (centriste), Patrick Kanner (PS) et Eliane Assassi (CRCE à majorité communiste) ont été reconduits mardi ou mercredi. Guillaume Gontard a été nommé mardi président du groupe écologiste. Mme Assassi reste la seule femme présidente d’un groupe politique au Sénat.

Le groupe devient le Rassemblement des Démocrates, Progressistes et Indépendants (RDPI), selon un communiqué, précisant que ce changement de dénomination a été décidé "à l'unanimité".

Le groupe ainsi renommé revendique "24 sénateurs", soit un de plus qu'avant les élections sénatoriales de dimanche (10 sièges du groupe sur 23 étaient renouvelables). Les deux ministres Sébastien Lecornu et Jean-Baptiste Lemoyne élus dimanche figurent sur la photo postée par le groupe à l'issue de sa réunion, mais ils ne siègeront pas au Sénat tant qu'ils sont membres du gouvernement.

A 77 ans, François Patriat, qui a réussi à conserver son siège dimanche en Côte-d'Or au prix d'une campagne laborieuse, a été réélu président du groupe.

L'ancien socialiste était en compétition interne avec le sénateur de Paris et porte-parole du groupe LREM, Julien Bargeton. Changement de nom aussi à gauche: le groupe PS (Socialiste et Républicain) devient le groupe Socialiste, Ecologiste et Républicain.

"Cette évolution acte l'omniprésence de cette préoccupation dans les travaux et réflexions du groupe", précise le groupe dans un communiqué, deux jours après la création d'un huitième groupe au Sénat, le groupe Ecologiste, Solidarité et Territoires.

Jeudi a également été reconduit à la tête de son groupe Les Indépendants le sénateur de l'Allier Claude Malhuret. Ce groupe, composante de la majorité sénatoriale de droite avec LR et le groupe centriste, comptait jeudi 12 sénateurs, dont deux nouveaux élus Vanina Paoli-Gagin (Aube) et Pierre-Jean Verzelen (Aisne).

Mercredi soir, Jean-Claude Requier a été réélu président du groupe RDSE à majorité radicale, qui compte 15 sénateurs dont trois nouveaux élus, Bernard Fialaire (Rhône), Christian Bilhac (Hérault) et André Guiol (Var). Avec 14 sièges renouvelables sur 24 et la perte de deux élus écologistes qui ont rejoint le nouveau groupe vert, ce groupe historique a senti le vent du boulet. Il faut 10 élus pour constituer un groupe au Sénat.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 24.89
nuageux
le 13/04 à 15h00
Vent
2 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
48 %