Sept interpellations dans le cadre d'attaques de distributeurs bancaires

Publié le 17/11/2015 - 15:16
Mis à jour le 17/11/2015 - 17:05

Sept personnes, soupçonnées d'avoir commis des attaques de distributeurs de billets à l'explosif gazeux dans les Vosges, la Moselle, le Doubs et la Saône-et-Loire au cours du dernier trimestres 2014, ont été interpelées vendredi et samedi, a-t-on appris mardi à Nancy de source judiciaire.

dab.jpg
©

Mises en examen

PUBLICITÉ

A l’issue de leur garde à vue, les sept auteurs présumés des faits ont été mis en examen pour « vols et tentatives de vols en bande organisée », « dégradation en bande organisée du bien d’autrui par l’effet d’un moyen dangereux pour les personnes » et « participation à une association de malfaiteurs ».

Les sept personnes interpellées appartiennent à la communauté des gens du voyage. Six d’entre elles ont été placées en détention provisoire et une mise en examen du chef de « refus d’obtempérer avec mise en danger de la vie d’autrui », placée sous contrôle judiciaire. « Les auteurs présumés faisaient notamment usage d’explosif gazeux composé d’un mélange d’oxygène et d’acétylène », a précisé la Juridiction Interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy dans un communiqué. Ils agissaient de nuit, au volant de « véhicules de grosse cylindrée qu’ils incendiaient ensuite », selon le parquet de la JIRS.

Une course-poursuite

Trois individus ont été interpellés vendredi à 03H30 à Ecuelles (Seine-et-Marne) par le GIGN alors qu’ils circulaient à bord d’un véhicule volé, tandis que deux autres, qui avaient pris la fuite, ont été appréhendés à 07H30 à Pierre-de-Bresse (Saône-et-Loire) à l’issue d’une course poursuite.

Deux autres personnes ont été interpellées le lendemain, dont une qui se trouvait à son domicile dans le Vaucluse. L’enquête, lancée en juillet 2015, dirigée par l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI) et mise en place dans les locaux de la gendarmerie de Nancy, avait mobilisé les sections de recherche de Nancy, Metz, du Groupement des Vosges et de la section d’appui judiciaire de la région de gendarmerie de Lorraine.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.35
ciel dégagé
le 14/10 à 3h00
Vent
3.14 m/s
Pression
1014.8 hPa
Humidité
88 %

Sondage