SMS coquins : Moscovici dénonce "des insinuations insupportables"

Publié le 10/11/2011 - 17:21
Mis à jour le 10/11/2011 - 21:53

Le député socialiste  Pierre Moscovici  à dénoncé  jeudi  à l’AFP "les insinuations à la fois insupportables et inacceptables" contre lui sur "de prétendus SMS" publiés dans la presse en marge de l'affaire du Carlton et envisage "des poursuites judiciaires si cela devait se poursuivre".

 ©
©

pas content

 "Je m'étonne des rumeurs nées autour de prétendu SMS divulgués par des sources étranges et reprises dans les médias sans la moindre rigueur", a affirmé M. Moscovici dans une déclaration à l'AFP.

 "Je ne peux accepter des insinuations qui sont à la fois insupportables et inacceptables. Je ne comprends ni le contenu, ni l'objet, ni même l'existence de prétendus SMS me concernant dans cette affaire du Carlton", a-t-il ajouté.

Le quotidien Libération affirme jeudi que "les enquêteurs ont identifié des SMS, sans lien apparent avec des soirées coquines" qui "semblent attester que Dominique Strauss-Kahn a aidé à mettre en contact "avec au moins trois de ses amis politiques", parmi lesquels M. Moscovici, Fabrice Pazskowski, chef d'entreprise du Pas-de-Calais mis en examen et écroué notamment pour proxénétisme aggravé dans le cadre du dossier du Carlton.  "Je ne peux pas laisser passer de telles attaques qui me visent en tant qu'homme et aussi en tant que responsable politique aujourd'hui investi au premier plan dans la campagne présidentielle de François Hollande", a réagi le député du Doubs, très probable directeur de la campagne du candidat PS pour la présidentielle.

"Je n'ai rien à voir avec tout ça. Je me réserve la possibilité d'engager des poursuites judiciaires si ces rumeurs attentatoires à ma probité, à mon honneur, à ma respectabilité devaient se poursuivre", a-t-il ajouté.

M. Moscovici souligne qu'à l'époque de ces supposés SMS, il n'avait pas de contact avec DSK. "On parle d'une date de juin 2009 qui n'a aucun sens pour moi, puisque je n'ai eu aucun contact avec Dominique Strauss-Kahn pendant deux ans : de l'été 2008 à l'été 2010".

  "Nous étions à ce moment-là dans une phase d'éloignement politique : nous ne nous sommes pas parlé, nous ne sommes nous pas vus, à l'exception de son anniversaire. Nous n'avions eu aucun échange ni sur ce sujet, ni sur un autre", a-t-il expliqué.

L'ancien ministre affirme également n'avoir eu "aucune relation d'affaires -comme sous-entendu par ces rumeurs - avec M. Paszkowski". "Je n'en ai pas eu et je n'ai jamais été sollicité pour en avoir, encore moins de relations d'une autre nature, celles qui sont évoquées dans l'affaire du Carlton".

M. Moscovici précise qu'il lui "est arrivé de rencontrer M. Paszkowski" mais uniquement "dans un contexte militant, dans le Pas de Calais".   "Je ne laisserai pas davantage salir mon honneur et ma probité par des insinuations à la fois mystérieuses dans leur provenance, peu rigoureuses dans leur développement et surtout totalement inexactes sur le fond", a-t-il prévenu.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.41
couvert
le 01/03 à 15h00
Vent
3.63 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
61 %