Souffrant d'une sclérose en plaque, Elsa se lance le défi de réaliser le Trail des forts à Besançon

Publié le 10/10/2020 - 10:03
Mis à jour le 11/10/2020 - 08:38

Elsa, 34 ans, est atteinte d'une sclérose en plaque. Diagnostiquée en 2016, la jeune femme n'a jamais baissé les bras et continue d'avancer dans sa vie comme avant de savoir. Cette année, elle se lance le défi de parcourir le Trail des Forts qui se déroulera dimanche 11 octobre à Besançon. Interview.

A quoi ressemble votre quotidien avec cette maladie ? 

Elsa Dupont : "J'ai pris le parti de ne pas me mettre de barrières et de continuer à avancer comme avant de savoir. Depuis 2016, j'ai mené un gros travail sur moi en allant vers une alimentation plus locale et végétale, reprise d'une activité sportive et nettoyage des relations toxiques. J'essaie de mieux partitionner ma vie personnelle et professionnelle en dégageant plus de temps pour des loisirs (photographie, aquarelle, randonnée...) car je fais face à une fatigue fluctuante. J'essaye de limiter les heures supplémentaires au travail pour essayer de profiter de mes week-ends et soirées et ne pas dormir 15 heures d'affilée ! Sinon, j'ai une vie plutôt normale en fait :)"

Comment vous est venue cette idée de faire le Trail des forts ?

Elsa Dupont : "Je rêvais de courir sur le chemin de ronde de la Citadelle pour ressentir ce sentiment de liberté sur un édifice puissant et remarquable. Je ne me mets tellement pas de limite que j'ai oublié que je n'étais pas une athlète !"

Quels sont vos entraînements et à quelle fréquence ?

Elsa Dupont : "Depuis janvier et au déconfinement, jogging tous les lundis soir avec la team Goujon. Trajets domicile/travail quotidiens en vélo. Quelques compléments ponctuels."

Comment supportez-vous l'effort ?

Elsa Dupont : "Franchement, je pars de loin ! Au début, beaucoup de courbatures et de fatigue. Maintenant, je suis dans ma zone de confort et j'aimerais aller un peu plus loin. Le sport permet de relâcher la pression et apporte un bien-être précieux au quotidien. Et depuis que je mange beaucoup moins de viande et de laitages, mais plus de légumes, je suis moins fatiguée."

Quel est votre objectif lors du Trail des forts ?

Elsa Dupont : "Diffuser un message positif auprès des malades pour leur dire que la vie ne s'arrête pas à un diagnostic ! Et passer la ligne d'arrivée et savourer chaque instant sur le chemin de ronde pour l'ancrer positivement en moi."

Pourriez-vous nous parler de l'association Clifransep et de la cagnotte ?

Elsa Dupont : "En sortant de l'hôpital, je me suis sentie bien seule avec mon diagnostic de SEP en poche ! J'ai mis plusieurs mois (années même !) à accepter cette maladie et la foultitude d'examens liés au traitement de fond. Une fois passé ce cap de dialogue avec moi-même, j'ai ressenti le besoin d'échanger avec d'autres (malades, professionnels...) pour reprendre le contrôle de ma vie et bénéficier de conseils avisés sur la gestion de cette maladie. J'ai trouvé des réponses et du soutien auprès de l'association Clifransep qui m'a accordé du temps avec des professionnels qualifiés. Il m'a été remis de la documentation très complète qui m'a rassurée.
Aujourd'hui, je sais vers qui me tourner en cas de besoin. Ma médecin généraliste est très à l'écoute, mais n'est pas spécialisée dans cette maladie. Ainsi, pour soutenir cette association et la faire connaître, j'ai lancé cette cagnotte solidaire. Tous les fonds lui seront reversés et lui permettront de contribuer à des sorties sportives adaptées pour les malades par exemple. C'est aussi un remerciement pour l'écoute attentive dont à fait preuve le personnel médical."
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Violences conjugales : un signalement possible sur le site internet de l’enseigne Carrefour

Dans le cadre de la mobilisation des forces de l’ordre contre les violences conjugales, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, s’est rendue ce 24 novembre 2020 dans le magasin Carrefour de la Ville du Bois afin de lancer officiellement le partenariat entre Carrefour et la Gendarmerie Nationale.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.07
nuageux
le 27/11 à 6h00
Vent
1.04 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
86 %

Sondage