Soupçons de blanchiment de fraude fiscale : nouvelle perquisition chez GE à Belfort

Publié le 29/08/2023 - 16:02
Mis à jour le 30/08/2023 - 09:34

Mardi 29 août 2023, le site de General Electric (GE) à Belfort a été l'objet d'une nouvelle perquisition, huit mois après de premières investigations chez le géant industriel américain, visé par une enquête pour blanchiment de fraude fiscale aggravée, a-t-on appris auprès de la direction.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

"Aujourd'hui 29 août 2023, GE fait l'objet d'une perquisition menée par des officiers de police judiciaire", a indiqué le groupe dans un communiqué. "GE coopère pleinement avec les autorités. GE respecte les lois dans tous les pays où l'entreprise exerce ses activités".

Dans un mail interne transmis aux salariés, la direction précise que deux de ses sites sont visés, le bâtiment TE05 à Belfort, et celui de Bourogne, distant d'une grosse quinzaine de kilomètres. Les officiers de police judiciaire "vont se déplacer dans les bureaux de la société, ce qui est habituel dans le cadre d'une enquête. Nous vous remercions de les laisser mener leur enquête", indique le groupe à ses salariés dans ce mail interne consulté par l'AFP.

"Je vous confirme que des perquisitions sont en cours au siège de GE à Belfort, dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte du chef de blanchiment aggravé de fraude fiscale", a de son côté déclaré le PNF à l'AFP. Le bâtiment de GE à Belfort avait déjà été perquisitionné en décembre dernier dans le cadre de cette même enquête. Celle-ci avait été ouverte par le PNF à la suite d'un signalement effectué par le secrétaire national du PCF Fabien Roussel, en juillet 2019, sur des "soupçons d'optimisation et fraudes fiscales de General Electric" en Suisse. Selon une source interne à l'entreprise, le domicile de la directrice financière et fiscale de la filiale General Electric Energy Products France a fait l'objet d'une perquisition en juillet.

"Les mécanismes frauduleux mis en place à partir de 2015"

Selon une source proche du dossier, l'enquête porte sur les prix de transferts du groupe, ces remontées de flux financiers de la France vers la maison mère ou d'autres filiales. La multinationale américaine pourrait avoir fait s'échapper des centaines de millions d'euros de bénéfices vers la Suisse et les Etats-Unis - notamment dans l'Etat du Delaware connu pour sa fiscalité avantageuse - grâce à un montage financier faisant de l'usine de Belfort une simple "unité de fabrication sous contrat" ou "prestataire" de filiales suisses de GE.

Le Comité social et économique (CSE) et l'intersyndicale du site de Belfort avaient également déposé une plainte qui a été jointe à l'enquête. Dans un communiqué publié mardi soir, l'intersyndicale CFE-CGC et Sud a dénoncé "les mécanismes frauduleux mis en place à partir de 2015", qui ont placé "la filiale française dans un déficit artificiel aux conséquences économiques, sociales et industrielles dramatiques", citant "la modération salariale, la baisse des investissements, la suppression de 800 emplois ramenée à 500 grâce au combat syndical et la délocalisation en Hongrie et en Inde".

L'intersyndicale a regretté "la volonté du gouvernement de fermer les yeux sur l'évasion fiscale". "Dans ces conditions, l'évasion fiscale en France s'amplifie et continue d'appauvrir notre pays".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.24
couvert
le 28/05 à 6h00
Vent
0.68 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %