Sureffectifs à l’école Paul Bert : « Les conditions de travail des enfants sont catastrophiques »

Publié le 10/09/2015 - 11:38
Mis à jour le 10/09/2015 - 18:02

Une vingtaine de représentants de parents d'élèves de l'école Paul Bert a manifesté devant l'inspection académique de Besançon ce mercredi 9 septembre 2015. Les parents d'enfants inscrits en maternelle et en école élémentaire ont dénoncé les fermetures de classes et les effectifs des classes "surchargées".

paulbert.jpg
Image d'archive - En 2014, les parents d'élèves de l'école Paul Bert manifestaient déjà contre la fermeture d'une classe. ©F. Petit
PUBLICITÉ

Nathalie Vionnet, représentante élue des parents d’élèves, s’attriste de constater qu’à l’école Paul Bert, « les effectifs sont à peine en dessous pour ouvrir une cinquième classe en maternelle ». « Il manquerait seulement 3 ou 4 élèves pour en ouvrir une nouvelle », précise-t-elle. Les quatre classes de maternelle accueillent chacune 30 élèves. 

Du côté de l’école élémentaire Paul Bert, une classe a fermé en 2014. Les élèves de CP sont aujourd’hui 28. Nathalie Vionnet rappelle que « la loi Chevènement qui parlait d’un maximum de 25 par classe en CP est bien loin, en sachant que si un élève rate son année de CP, c’est tout son cursus qui risque d’être difficile ». 

Un entretien à l’inspection académique sans suite 

Une délégation de six représentants élus de parents d’élèves a été reçue par le directeur de l’inspection académique. « L’entretien se s’est pas très bien passé », conclut Mme Vionnet. « On reste bloqué à des effectifs donnés par l’Éducation nationale, des effectifs nationaux alors qu’il faudrait travailler au cas par cas. En dessous de 32 élèves, on considère que ça va, alors que sur le terrain, ça ne va pas ». 

D’autres actions vont s’organiser ces prochaines semaines dans le but de « réveiller les consciences politiques » souligne la représentante de parents d’élèves. 

Un appel à tous les parents d’élèves 

Depuis la rentrée scolaire, chaque établissement se bat pour sa propre école, mais sur le fond, les problèmes sont les mêmes. « Les conditions d’accueil et de travail pour les élèves et les enseignants sont catastrophiques », observe Nathalie Vionnet. Elle appelle tous les représentants élus et les parents d’élèves à se regrouper pour « se battre ensemble ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

Loi Blanquer : le SNUipp-FSU organise un apéro revendicatif devant la permanence de Jacques Grosperrin

"Non à l'amendement Grosperrin" • Mardi 14 mai 2019 le syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC (affilié FSU) organise une assemblée générale à partir 18h suivi d'un apéro revendicatif devant la permanence du sénateur LR Jacques Grosperrin au 34 rue Bersot à Besançon.

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.04
légère pluie
le 20/05 à 12h00
Vent
3.74 m/s
Pression
1009.41 hPa
Humidité
93 %

Sondage