Sursis requis pour avoir aidé leur mère à enterrer son mari qu'elle avait tué

Publié le 22/11/2019 - 08:40
Mis à jour le 22/11/2019 - 08:41

Le parquet a requis six mois de prison avec sursis, jeudi, contre trois jeunes hommes jugés au tribunal pour enfants de Mâcon pour avoir aidé une femme, mère de deux d’entre eux, à enterrer le corps de son mari qu’elle avait tué. Le parquet a également demandé pour les trois prévenus une mise à l’épreuve de trois ans et un suivi psychologique, a précisé Me Nathalie Tomasini, une avocate de la mère. Le tribunal rendra sa décision le 19 décembre.

 © Succo via Pixabay
© Succo via Pixabay

Deux des trois garçons sont les fils de la victime, décrit comme un homme violent qui prostituait sa femme, et de Valérie B. qui a reconnu avoir tué son mari d'une balle dans la nuque, après une passe.

Le troisième était, à l'époque, le petit ami de la fille du couple. Tous trois étaient âgés de 15 à 17 ans au moment des faits qui remontent au 13 mars 2016.

Jugés pour "recel de cadavre", ils sont accusés d'avoir aidé Valérie B. à transporter le corps et à l'enterrer, de nuit, dans un bois à La Clayette (Saône-et-Loire), commune voisine de son domicile.

  • Tous les protagonistes avaient été arrêtés puis mis en examen un an et demi plus tard, après avoir longtemps affirmé que cet homme de 60 ans avait simplement disparu.

La victime est décrite comme un homme possessif et violent, notamment envers son épouse, qui parle de coups réguliers, dit avoir été étranglée ou bien frappée avec un marteau et menacée plusieurs fois avec un pistolet. Elle raconte aussi que son mari la forçait à se prostituer depuis près de 15 ans, à l'arrière d'un monospace, allant jusqu'à lui donner des instructions dans une oreillette. La crainte qu'il fasse subir le même sort à leur fille de 14 ans aurait justifié, explique-t-elle, son passage à l'acte.

Valérie B., 39 ans, était présente jeudi avec ses avocates, Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta, qui avaient défendu Jacqueline Sauvage, graciée en 2016 après avoir été condamnée par deux fois pour le meurtre en 2012 de son mari, violent avec elle durant 47 ans.

Le procès des trois jeunes hommes aujourd'hui âgés de 19 et 20 ans, qui se tenait à huis clos, est le premier dans cette affaire, avant celui de Valérie B. pour assassinat devant les assises de Saône-et-Loire du 11 au 15 mai 2020.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.22
légère pluie
le 23/05 à 21h00
Vent
1.01 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
90 %