Alerte Témoin

Surveillance des pollens : ça recommence…

Publié le 26/02/2017 - 06:45
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:13

La saison 2017 de "surveillance allergo-pollinique" a démarré le 7 février dernier, avec la remise en fonctionnement des deux capteurs de la région, à Besançon et à Bart. Ce dispositif permet de déterminer quelles espèces affectent les allergiques. Les résultats d’analyse sont diffusés chaque semaine. Si vous êtes concernés, vous pouvez vous inscrire pour les recevoir gratuitement par mail.

PUBLICITÉ

L’ATMO Franche-Comté surveille les pollens présents dans l’atmosphère. Des analyses en laboratoire chaque semaine permettent de "déterminer quelles espèces affectent ou sont sur le point d’affecter les allergiques". Tous les vendredis, l’ATMO diffuse ainsi un bulletin allergo-pollinique, reprenant les résultats de ces analyses et des observations et conseils d’allergologues de la région. Ce bulletin permet notamment aux personnes allergiques de limiter les effets de l’allergie en prenant un traitement préventif au début du pic pollinique.

Les premiers pollens de la saison

Le premier bulletin allergo-pollinique de la saison a été diffusé vendredi 17 février. Ainsi, selon l’ATMO, "les premières espèces rencontrées cette année sont des arbres à fort potentiel allergisant : le noisetier, qui ouvre comme toujours la saison pollinique, accompagné de quelques grains de cyprès, aulne et frêne. Toutefois, peu de grains de pollen étant pour l’heure observés, le risque pour cette semaine est de 2 sur 5, soit un risque qui reste "faible" pour les allergiques. Le bouleau, particulièrement allergisant, devrait apparaître sur les capteurs dans le courant du mois de mars."

Où trouver les informations ?

Les résultats et prévisions de la surveillance des pollens sont diffusés de février à septembre (saison pollinique) sur le site www.atmo-franche-comte.org et via le bulletin allergo-pollinique.

Vous pouvez recevoir le bulletin directement dans votre boîte mail : il faut s’inscrire sur le site d’ATMO Franche-Comté et choisir ses abonnements (bulletin pollens, alertes pollens...)

  • Pour la période du 24 février au 2 mars, le risque allergie prévu est "moyen". Il est évalué à 3, sur une échelle de 0 à 5.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Coronavirus : l’hôpital Nord-Franche-Comté dénonce une fausse vidéo circulant sur les réseaux sociaux

Depuis ce jeudi 27 février 220 en fin d’après-midi, une vidéo circule sur les réseaux sociaux indiquant "de fausses informations relatives au coronavirus à l’HNFC", souligne la Direction qui dément officiellement les messages contenus dans la vidéo, à savoir la mise en quarantaine de l’Hôpital.

L’intersyndicale des retraités interpelle les candidats à l’élection municipale de Besançon

L'intersyndicale (Solidaires retraité.es, FSU, FO-retraités.e, CGT-retraité.es, FGR-FP, LSR ) a adressé une lettre aux candidats à l'élection municipale 2020 en date du 19 février 2020. Dans cette dernière, elle souhaite "attirer l'attention sur la situation particulière des retraités".

Tab’Agir : des formations en tabacologie pour les professionnels de santé en Franche-Comté

Tab’agir accompagne les Bourguignons dans leur démarche d’arrêt, depuis sa création en 2003. Depuis mai 2019, Tab’agir compte une nouvelle antenne à Besançon et a déjà formé 29 professionnels de santé du Jura et du sud de la Haute-Saône. Objectifs pour développer le réseau en Franche-Comté : former des professionnels de santé à l'accompagnement à l’aide à l’arrêt du tabac au sein des maisons de santé et des cabinets libéraux.

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : un gaz naturel radioactif dans la ligne de mire de l’enquête

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, elle a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Les recherches sur les expositions environnementales se tournent actuellement vers le radon, un gaz naturel radioactif cancérogène...

Plan national maladies rares : les CHU de Besançon et de Dijon réunis pour créer une plateforme d’expertise

À l’été 2019, le ministère des Solidarités et de la Santé lançait un appel à projet national pour la mise en place de plateformes d’expertise des maladies rares. Cette démarche s’inscrit dans la cadre du troisième plan national maladies rares. Fort de l’expertise de son Centre de génétique, dirigé par le Pr Laurence Faivre, le CHU Dijon Bourgogne a répondu à cette sollicitation en partenariat avec le CHU de Besançon, nous informe-t-on dans un communiqué du 20 février. En ce début d’année 2020, les deux établissements ont appris qu’ils étaient sélectionnés aux côtés d’une dizaine d’autres hôpitaux sur ce projet.

Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.4
couvert
le 29/02 à 9h00
Vent
9.27 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
62 %

Sondage