Tariq Ramadan : nouvelle accusation de viol en Suisse

Publié le 13/04/2018 - 18:45
Mis à jour le 13/04/2018 - 18:46

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan fait face à une nouvelle accusation de viol, en Suisse, a rapporté vendredi la Tribune de Genève. 

PUBLICITÉ

Une Suissesse, dont l’identité n’a pas été révélée, demande à la justice helvétique de poursuivre M. Ramadan, 55 ans, pour l’avoir violée et retenue contre son gré pendant plusieurs heures dans une chambre d’hôtel de Genève en 2008, précise le quotidien. 

Contacté par l’AFP, l’avocat de cette femme, Me Romain Jordan, a confirmé ce vendredi 13 avril 2018 qu’une plainte avait été déposée, mais s’est refusé à tout autre commentaire dans l’immédiat. 

Citoyen suisse et égyptien, Tariq Ramadan, professeur à l’université britannique d’Oxford et petit-fils du fondateur du mouvement des Frères musulmans, a été inculpé en février à Paris pour viol et viol sur personne vulnérable, et placé en détention. 

Il nie toutes ces accusations. Sa nouvelle accusatrice en Suisse, une femme convertie à l’islam qui avait une quarantaine d’années à l’époque des faits, a indiqué dans son témoignage long de 13 pages qu’elle avait à l’époque des difficultés familiales, et avait cherché le soutien moral de ce professeur, selon le journal. 

Après avoir fait sa connaissance à l’occasion de la signature d’un livre à Genève en 2008, elle avait commencé à correspondre avec lui via les réseaux sociaux. M. Ramadan aurait ensuite profité d’une invitation à prendre un café pour l’attirer dans sa chambre d’hôtel, où il l’aurait violée et retenue pendant des heures contre son gré. « J’ai eu peur de mourir. J’étais terrifiée et paralysée« , raconte-t-elle dans son témoignage, cité par le quotidien. 

La victime présumée explique qu’elle était trop effrayée à l’époque pour aller porter plainte, mais qu’elle y a été encouragée par les dépôts de plainte récents pour agression sexuelle à l’encontre de M. Ramadan. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.25
légère pluie
le 24/05 à 18h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1013.28 hPa
Humidité
83 %

Sondage