Tariq Ramadan : nouvelle accusation de viol en Suisse

Publié le 13/04/2018 - 18:45
Mis à jour le 13/04/2018 - 18:46

L'intellectuel musulman Tariq Ramadan fait face à une nouvelle accusation de viol, en Suisse, a rapporté vendredi la Tribune de Genève. 

PUBLICITÉ

Une Suissesse, dont l’identité n’a pas été révélée, demande à la justice helvétique de poursuivre M. Ramadan, 55 ans, pour l’avoir violée et retenue contre son gré pendant plusieurs heures dans une chambre d’hôtel de Genève en 2008, précise le quotidien. 

Contacté par l’AFP, l’avocat de cette femme, Me Romain Jordan, a confirmé ce vendredi 13 avril 2018 qu’une plainte avait été déposée, mais s’est refusé à tout autre commentaire dans l’immédiat. 

Citoyen suisse et égyptien, Tariq Ramadan, professeur à l’université britannique d’Oxford et petit-fils du fondateur du mouvement des Frères musulmans, a été inculpé en février à Paris pour viol et viol sur personne vulnérable, et placé en détention. 

Il nie toutes ces accusations. Sa nouvelle accusatrice en Suisse, une femme convertie à l’islam qui avait une quarantaine d’années à l’époque des faits, a indiqué dans son témoignage long de 13 pages qu’elle avait à l’époque des difficultés familiales, et avait cherché le soutien moral de ce professeur, selon le journal. 

Après avoir fait sa connaissance à l’occasion de la signature d’un livre à Genève en 2008, elle avait commencé à correspondre avec lui via les réseaux sociaux. M. Ramadan aurait ensuite profité d’une invitation à prendre un café pour l’attirer dans sa chambre d’hôtel, où il l’aurait violée et retenue pendant des heures contre son gré. « J’ai eu peur de mourir. J’étais terrifiée et paralysée« , raconte-t-elle dans son témoignage, cité par le quotidien. 

La victime présumée explique qu’elle était trop effrayée à l’époque pour aller porter plainte, mais qu’elle y a été encouragée par les dépôts de plainte récents pour agression sexuelle à l’encontre de M. Ramadan. 

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.57
couvert
le 20/10 à 6h00
Vent
3.06 m/s
Pression
1006.3 hPa
Humidité
93 %

Sondage