Tentative de suicide au gaz : procès aux assises pour une explosion ayant fait 15 blessés

Publié le 17/06/2019 - 14:23
Mis à jour le 17/06/2019 - 14:23

L'explosion avait soufflé un immeuble à Dijon et fait quinze blessés. Le responsable présumé, un homme de 53 ans qui avait tenté de mettre fin à ses jours, est jugé à partir de lundi par la cour d'assises de la Côte-d'Or.

explosion 2016 dijon immeuble.jpg
Explosion dans un immeuble à Dijon ©François Grz
PUBLICITÉ

Les faits remontent au 16 septembre 2016 : peu après 9h, une déflagration secoue le quartier de la gare. L’immeuble d’un étage où elle s’est produite est presque entièrement détruit. Autour, certains bâtiments menacent de s’effondrer. Parmi les blessés, deux le sont grièvement, dont l’accusé. Alors qu’il est retiré des décombres par les secours – certains parleront de « scène de guerre » – il indique de lui-même avoir ouvert des bouteilles de gaz et mis le feu pour mettre fin à ses jours.

Brûlé sur 20% du corps, le quinquagénaire est conduit dans un service pour grands brûlés à Metz. Il sera mis en examen quelques semaines plus tard et placé en détention provisoire. Interrogé lundi sur une déception sentimentale à l’origine de ses intentions suicidaires, l’accusé, retrouvé deux jours avant les faits avec des plaies aux poignets, reconnaît qu’il était très amoureux de sa voisine, avec qui il entretenait une relation amicale et qui l’avait éconduit à plusieurs reprises.

« On avait décidé de laisser tomber ces histoires amoureuses, ce que je croyais pouvoir faire, mais ce n’était pas le cas », explique cet homme aux cheveux poivre et sel coupés ras, vêtu d’un t-shirt bleu. « D’un seul coup dans ma tête, il fallait que je meure, je ne sais pas pourquoi. » Devant les jurés, il dit avoir du mal à se souvenir des faits, la faute aux médicaments et à l’alcool qu’il avait consommés. Il parle de sa colère mais nie avoir menacé sa voisine, comme elle l’affirme, indiquant n’avoir pas pensé aux conséquences de son geste.

Parmi la cinquantaine de parties civiles, une femme aujourd’hui âgée de 59 ans est la plus grièvement touchée. Elle se trouvait à Dijon pour raisons professionnelles et a dû être amputée d’une jambe après l’explosion.

« Sa vie a basculé en une fraction de seconde. Elle veut comprendre comment un homme peut, par égoïsme, risquer d’attenter à la vie des autres », a indiqué son avocat, Jean-Philippe Morel. L’accusé, dont le procès est prévu jusqu’à vendredi, risque 30 ans de réclusion criminelle pour « destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes » ayant notamment entraîné « une mutilation ou une infirmité permanente ».

(AFP)

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.86
couvert
le 20/10 à 3h00
Vent
3.44 m/s
Pression
1006.1 hPa
Humidité
96 %

Sondage