Terrain des Montboucons à Besançon : une famille de gens du voyage 'sédentarisée' s'est installée

Publié le 12/07/2018 - 18:27
Mis à jour le 12/07/2018 - 18:27

Depuis près d’un an, une famille de gens du voyage s’est installée sur le terrain familial des Montboucons. Une visite officielle s’est déroulée jeudi 12 juillet 2018 en compagnie de Robert Stepourjine, vice-président du Grand Besançon en charge de l’Habitat, Alain Loriguet, conseiller communautaire délégué en chargé de l’accueil des gens du voyage pour Nicolas Régny, directeur de cabinet du Préfet du Doubs, qui ne connaissait pas encore le projet. Comment s’est transformé ce terrain que les riverains de l’avenue de la Providence redoutaient ? Réponses…

Il s'agit de la première opération de ce type réalisée par le Grand Besançon. L'idée du projet de terrain familial situé avenue de la Providence, destiné aux gens du voyage "sédentarisés" est née en 2014. Après plusieurs retards dans les démarches, l'opération s'est achevée en juin 2017. Le 3 août 2017, une famille s'y est installée, regroupant pas moins de trois générations.

Quels aménagements ?

Le Grand Besançon a fait construire un bâtiment d'environ 35 m2 dans lequel sont aménagés d'un salon et d'une cuisine, d'une buanderie et des sanitaires. Les deux caravanes de la famille font office de chambres. "Les occupants ont un pied à terre avec les équipements sommaires, mais gardent les caravanes pour dormir", précisent les élus.

D'autres familles prévues sur ce terrain ?

"Non, ce n'est pas du tout prévu de créer un autre bâtiment ou même une extension", nous répond le Grand Besançon. "Il y a quatre places pour des caravanes, la famille installée en a deux, et si elle le souhaite, elle peut inviter des membres de la famille de temps à autre puisque bien sûr, dans cette communauté, on rend visite à la famille en caravane".

Une convention d'occupation…

La famille installée sur le terrain des Montboucons ne signe pas un bail, mais une convention d'occupation. Elle doit s'acquitter d'une redevance de 100€/mois (eau, électricité et ordures ménagères à la charge des occupants). "Ça paraît peu, mais il faut savoir que les terrains familiaux n'ouvrent pas droit à une aide au logement", nous précise-t-on, "nous nous adaptons aussi aux ressources de la famille".

Pour comparaison, cette famille aujourd'hui installée aux Montboucons, vivait sur l'aire d'accueil de la Malcombe et payait 200€ pour la redevance séjour, l'eau et l'électricité.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Journée internationale d’action pour la santé des femmes : quels services existent-ils au CHU de Besançon ?

Cinq mois avant l’ouverture de son hôpital de jour santé de la femme, le CHU de Besançon veut démontrer à nouveau son engagement en la matière. Célébrée depuis 1987, la journée internationale d'action pour la santé des femmes le 28 mai 2024 donne l’occasion d’un tour d’horizon des outils et dispositifs qui existent pour les accompagner, quel que soit leur parcours de vie, à Besançon.

Journée du bien-être animal à Besançon : les associations invitées à se faire connaître…

La Ville de Besançon organisera une journée dédiée au bien-être animal le samedi 5 octobre 2024 entre 10h00 et 17h00 à l’Hôtel de Ville. Dans ce cadre, la collectivité met à disposition des associations qui luttent en faveur de la cause animale un espace d’échanges afin qu’elles puissent présenter leurs actions au public présent.
 

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.29
couvert
le 27/05 à 0h00
Vent
1.45 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %