TGV Marie Guite-Dufay à Nicolas Sarkozy : « Il faut achever le chantier »

Publié le 05/09/2011 - 17:47
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:38

La présidente de la Région Franche-Comté compte sur le président de la République, qui sera jeudi dans la région, pour faire avancer le chantier de la deuxième tranche de la branche-est du TGV Rhin-Rhône.

 ©
©

Marie-Guite Dufay veut profiter de l’inauguration de la première tranche de la ligne à grande vitesse entre Villers-les-Pots (21) et Petit-Croix (90) pour rappeler que le chantier n’est pas terminé. Les premiers 140 km que Nicolas Sarkozy va parcourir en TGV doivent logiquement être complétés par le tronçon Belfort-Mulhouse (35 km) dans un premier temps, puis par l’extrémité devant relier Dijon (15km).

« Nous avons un chantier inachevé. Le président de la République doit annoncer le protocole financier pour la fin de l’année. S’il n’en parle pas je serai inquiète », a confié ce lundi la présidente de la Région à la veille d’une rencontre avec la presse nationale à Paris. Même si ce protocole n’a qu’une « valeur symbolique et moral », elle tient à ce que la poursuite du projet soit acté car, reconnait-elle, « les feux ne sont pas très verts ».

Celle qui assure également la présidence de l’Association TGV Rhin-Rhône a le soutien des présidents des Régions Bourgogne et Alsace, François Patriat et Philippe Richert, par ailleurs ministre, avec lesquels elle a signé un communiqué demandant « solennellement à l’Etat et à Réseau Ferré de France (RFF) de mettre tout en œuvre pour parvenir au bouclage du plan de financement de cette branche », en donnant la priorité à l’extrémité est vers l’Alsace pour un coût désormais estimé à 850 millions d’euros. 2,32 milliards d’euros ont été consacrés à la première tranche de la ligne sur laquelle le TGV va circuler à partir du 11 décembre 2011.

Les trois présidents rappellent que ce tronçon entre Belfort et Mulhouse fera gagner 25 minutes sur un trajet direct. Marie-Guite Dufay insiste sur le fait que ce n’est pas un nouveau chantier mais la poursuite d’un projet cohérent et souhaite que les travaux débutent en 2014.

Elle espère que Nicolas Sarkozy fera bouger les choses. « Le président de la République a tenu ses engagements quand il a fait lancer les acquisitions de terrain lors de son passage à Ornans en 2009. Il faut maintenant achever cette branche-est ». Dans le prolongement du protocole, Marie-Guite Dufay souhaite voir signer la convention de financement définitive à la fin de l’année 2012 quand RFF aura calculé la rentabilité de la première tranche. Un calcul qui déterminera le montant de sa participation financière à la seconde.

En attendant, les collectivités locales ne savent pas combien elles devront payer sur les 850 millions annoncés. Seule certitude, les trois Régions vont se baser sur la clé de répartition envisagée dès 2000 pour la deuxième phase. La part incombant aux collectivités sera assumée à 53% par l’Alsace, 27% par la Franche-Comté et 20% par la Bourgogne. Les Suisses ont promis de participer à l’enveloppe et l’Europe se fait prier.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Les taux de participation en Bourgogne-Franche-Comté à la mi-journée

Voici les taux de participation des différents départements de la région à midi. En Bourgogne-Franche-Comté, le taux de participation est de 13,87% contre un peu plus de 17 % en 2015 . En France, la participation est de 12,22 % en baisse de quatre points comparé aux dernières élections régionales.

Régionales en Bourgogne Franche-Comté : les candidats et la fusion des régions

Depuis 2015, la Bourgogne et la Franche-Comté font destin commun. Une fusion qui n'est pas pour autant acceptée par tous les habitants. Certains y voient une perte d'identité et de visibilité. Comment les candidats aux élections régionales voient-ils cette rivalité entre les deux ex régions et entre Besançon et Dijon ?

Régionales et Départementales 2021 : déplacement de trois bureaux de vote à Besançon

Dans le cadres des élection régionales et départementales de 20 et 27 juin 2021, la Ville de Besançon a essayé de maintenir les bureaux de vote à leur adresse habituelle mais trois d’entre eux ont dû être déplacé. Ces élections ont la particularité d’être un double scrutin simultané et nécessitent une organisation particulière, le nombre de bureau de vote passant de 68 à 136.

Poutine salue un sommet « constructif » avec Biden mais n’annonce rien

Le président russe Vladimir Poutine a jugé mercredi 16 juin 2021 que son premier sommet avec son homologue américain Joe Biden avait été constructif, "sans animosité", mais n'a pas annoncé d'initiative concrète. Les deux hommes se sont retrouvés à Genève pour essayer d'apaiser les tensions très fortes entre les deux pays.

Régionales en Bourgogne-Franche-Comté : quel candidat répond le mieux à l’urgence climatique ?

+ Réaction EELV • Le Réseau Action Climat a publié ce jeudi 17 juin une analyse des programmes des quatre principaux candidats pour la Région Bourgogne-Franche-Comté, au regard de leurs propositions pour faire face à l’urgence climatique et sociale. Alors que Marie-Guite Dufay (PS-PCF) et Denis Thuriot (LREM) proposent "des programmes insuffisants", Gilles Platret (LR) et Julien Odoul (RN) "sont largement à la traîne et ne tiennent visiblement pas compte de l’urgence climatique", selon l'étude.

Régionales 2021 : Gabriel Attal à Besançon en soutien au candidat LREM

Pour remplacer la venue de Jean Castex, c'est le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui vient soutenir Denis Thuriot, candidat de la majorité présidentielle aux élections régionales en Bourgogne Franche-Comté lors d'un meeting à Besançon ce vendredi 18 juin 2021. Une dizaine de gilets jaunes se sont rendus sur place afin d'attendre l'arrivée du porte-parole du gouvernement.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 20.03
forte pluie
le 20/06 à 15h00
Vent
0.26 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
95 %

Sondage